Archives par étiquette : Zoologie

Le « petit ouvrage sur les natures des animaux, d’après les dires des saints et de plusieurs maîtres » (c. 1220 ?) sort de l’ombre

Ombeline Fichant commence une thèse sur une encyclopédie zoologique originale et inédite, l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorumdont elle donnera une étude approfondie des sources et une édition critique

Thèse s. dir. Isabelle Draelants,
Ecole doctorale 472 de l’EPHE, Paris

Le manuscrit II 1143, conservé à la Bibliothèque Royale Albert 1er à Bruxelles, contient un texte singulier, resté inexploré jusqu’ici : l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorum, inc. Prologus : Ieronimus. Omne animal quod findit ungulam et ruminat mundum est. Alliant savoirs zoologiques et exempla moralisés, science naturelle et exégèse, cette œuvre inédite se place à la croisée des genres médiévaux des bestiaires, des encyclopédies et des recueils de distinctiones ; de premières investigations permettent d’avancer l’hypothèse d’une composition dans l’orbite liégeois au début du XIIIe siècle. Ce texte du plus haut intérêt, dont l’auteur reste encore à découvrir et qui pourrait être autographe, promet de belles découvertes sur les liens entre progrès de la zoologie et exégèse, sur l’évolution des genres narratifs au Moyen Age, et sur l’organisation et la transmission des savoirs à l’époque de sa rédaction.

Opusculum de naturis animalium. Notice sur l’éléphant, tirée en partie des Dicta Chrysostomi. Repérer au f. 123v l’auctoritas “Magister”.

L’Opusculum propose une série de notices descriptives consacrées aux animaux, où se trouvent constamment mêlées connaissances zoologiques et médicales, commentaires scripturaires, extraits de fables ou de récits antiques et considérations morales ; dans une démarche résolument encyclopédique, l’auteur s’est efforcé de rassembler l’ensemble des connaissances disponibles sur les animaux, tous domaines confondus. Ce recueil original apparaît ainsi comme un précurseur des encyclopédies naturelles qui se développent dans le second tiers du XIIIe siècle. L’intérêt évident de l’auteur pour la matière zoologique, et notamment pour les petits animaux (minuta) donne à ce texte une de ses dimensions originales : il accorde une attention toute particulière aux serpents et aux « vermes », à tout ce qui rampe et grouille ; il consacre de longs paragraphes aux scorpions, aux araignées et aux sauterelles, et semble éprouver une certaine fascination pour les vers, les sangsues et les lombrics.

Des recherches préliminaires ont permis de dresser une première typologie des sources mobilisées par l’auteur, qui met en lumière toute l’originalité de cette œuvre : une part considérable des références mentionnées dans le texte renvoie à des œuvres contemporaines de la rédaction de l’Opusculum, ou la précédant de peu : entre autres l’Historia Scolastica de Pierre Comestor, des ouvrages de Bernard de Clairvaux, de Jean de Salisbury, de Rupert de Deutz, de Pierre Damien, d’Hildebert de Lavardin… Par ailleurs, il est particulièrement intéressant que l’auteur fasse référence, tout au long du texte, à un certain « magister » (comme dans l’illustration du f. 123v), figure anonyme qui – en référence au titre de l’Opusculum – dissimule plusieurs maîtres, entre autres Isaac de l’Etoile, Guillaume de Tyr, Bernard Silvestre, Richard de Saint-Victor, Pierre de Blois… La liste ne cesse de s’allonger.

Au-delà de ces références contemporaines, qui dominent largement le texte de l’Opusculum, l’auteur évoque de nombreux ouvrages patristiques et monastiques – entre autres Bède le Vénérable ou Smaragde de saint-Mihiel – ainsi que des fables, des mythes antiques ou encore des encyclopédies antérieures, comme celles d’Isidore de Séville ou de Raban Maur.

Il est également essentiel de préciser que l’Opusculum ne fait aucune référence à la matière aristotélicienne sur la nature ou aux traductions latines des textes des savants arabes, ce qui constitue un indice solide pour affirmer que cette œuvre a été composée avant 1230, avant que ne s’amorce réellement l’âge d’or de l’encyclopédisme médiéval qui assimile cette nouvelle matière.

Autre particularité, le choix des exempla et l’usage de certaines dénominations singulières laissent transparaître un ancrage dans la région de Liège : le texte met volontiers en valeur des saints locaux, comme saint Lambert, saint Servais ou saint Remacle. L’œuvre laisse ainsi entrevoir des liens intellectuels, voire un réseau d’échanges foisonnant entre de nombreuses figures de la vie scolastique dûment référencées sous les « marqueurs de citations » ; les premières identifications laissent deviner un milieu d’enseignement dynamique, à l’aube de l’émergence des universités.

Les recherches sont menées par Ombeline Fichant dans le cadre d’une thèse de doctorat qui commence avec le soutien d’une bourse de thèse de l’Ecole pratique des hautes études (oct. 2018). Elles feront l’objet sans tarder d’un article de signalement co-écrit, qui mettra l’Opusculum en contexte à partir des premières investigations qui ont incité I. Draelants à proposer ce sujet de thèse, et des premières identifications de sources menées par O. Fichant. La thèse devrait permettre, en fournissant une édition critique et une étude historique détaillée, de mettre au jour toutes les spécificités de cette œuvre originale et du manuscrit unique qui la contient, d’en analyser le contenu naturaliste, d’en reconstituer le contexte de composition et la portée ; elles apporteront des réponses aux nombreuses questions que suscite la lecture de l’ouvrage, entre autres celle du genre dont il relève typologiquement ou encore celle de l’enseignement, des magistralia et du riche réseau intellectuel dans lequel s’insérait l’auteur de l’Opusculum. A terme, le texte de l’Opusculum devrait rejoindre le corpus en ligne des encyclopédies médiévales, SourcEncyMe.

Appel à contributions (avant le 3 mars !) 3rd International Workshop on Semantic Web for Scientific Heritage SW4SH 2017 (May 31)

3rd Int. Workshop on Semantic Web for Scientific Heritage SW4SH 2017, in conjunction with ESWC 2017 – May 31 – Org. GDRI Zoomathia

The 3rd Workshop on Semantic Web for Scientific Heritage will be held in conjunction with the 14th ESWC 2017 Conference which takes place from May 28th to June 1st in Portoroz, Slovenia. It is a continuation of the SW4SH workshop series initiated at ESWC 2015 which aims to provide a leading international and interdisciplinary forum for disseminating the latest research in the field of Semantic Web for the preservation and exploitation of our scientific heritage, the study of the history of ideas and their transmission.

Classicists and historians are interested in developing textual databases, in order to gather and explore large amounts of primary source materials. For a long time, they mainly focused on text digitization and markup. They only recently decided to try to explore the possibility of transferring some analytical processes they previously thought incompatible with automation to knowledge engineering systems, thus taking advantage of the growing set of tools and techniques based on the languages and standards of the semantic Web, such as linked data, ontologies, and automated reasoning. The iconographic data, which are also relevant in history of science and arise similar problematic could be addressed as well and offer suggestive insights for a global methodology for diverse media. On the other hand, Semantic Web researchers are willing to take up more ambitious challenges than those arising in the native context of the Web in terms of anthropological complexity, addressing meta-semantic problems of flexible, pluralist or evolutionary ontologies, sources heterogeneity, hermeneutic and rhetoric dimensions. Thus the opportunity for a fruitful encounter of knowledge engineers with computer-savvy historians and classicists has come. This encounter may be inscribed within the more general context of digital humanities, a research area at the intersection of computing and the humanities disciplines which is gaining an ever-increasing momentum and where the Linked Open Data is playing an increasingly prominent role.

The purpose of the workshop is to provide a forum for discussion about the methodological approaches to the specificity of annotating “scientific” texts (in the wide sense of the term, including disciplines such as history, architecture, or rhetoric), and to support a collaborative reflection, on possible guidelines or specific models for building historical ontologies. The iconographic data, which are also relevant in history of science and arise similar problematic could be addressed as well and offer suggestive insights for a global methodology for diverse media. A key goal of the workshop, focusing on research issues related to pre-modern scientific texts, is to emphasize, through precise projects and up-to-date investigation in digital humanities, the benefit of a multidisciplinary research to create and operate on relevantly structured data. One of the main interests of the very topic of pre-modern historical data management lies in historical semantics, and the opportunity to jointly consider how to identify and express lexical, theoretical and material evolutions. Dealing with historical texts, a major problem is indeed to handle the discrepancy of the historical terminology compared to the modern one, and, in the case of massive, diachronic data, to take into account the contextual and theoretical meaning of terms and segments of texts and their semantics.

Topics covered by the workshop include the following:
• Ontologies and vocabularies in Ancient Science
• Semantic annotation of ancient and medieval scientific texts (biology, zoology, mineralogy, astronomy, meteorology,…)
• Information/knowledge extraction from archaeological objects and texts
• Semantic integration of heterogeneous and contradicting knowledge
• Representation of the historical dimension of Scientific Knowledge
• Impact of Semantic Web technologies on Digital Humanities
• Knowledge Engineering for ancient zoological science and literature
• Social Web, collaborative systems, tagging, and user feedback

Paper Submission:
We invite short position papers (4-6 pages) and regular research papers (8-12 pages) describing innovative ideas covering the topics of the workshop.
Submissions must be written in English and follow the LNCS guidelines. For details see the Springer LNCS Author Instructions page.
Papers must be submitted via Easychair: https://easychair.org/conferences/?conf=sw4sh2017. Accepted papers will be published in the CEUR workshop proceedings series.

Schedule
• Due date for full workshop papers submission: March 3, 2017
• Notification of paper acceptance to authors: March 31, 2017
• Camera-ready of accepted papers: April 13, 2017
• Workshop: May 29, 2017

Workshop organizers:
Isabelle Draelants, CNRS, IRHT, Paris
Catherine Faron Zucker, Univ. Nice Sophia Antipolis
Alexandre Monnin, Inria, Nancy
Arnaud Zucker, Univ. Nice Sophia Antipolis

In collaboration with the International research group (GDRI Zoomathia)

Contact:
For any question, please contact the organisers via email: sw4sh2017@easychair.org