Archives par étiquette : version bifaria

Documentation sur l’histoire des versions ‘bifaria’ et ‘trifaria’ du Speculum maius

Vers 1244, le Speculum maius se présente comme une œuvre en deux parties, pars naturalis et pars historialis. Il est hasardeux de dire dans quelle mesure cette première « édition » de l’œuvre a été réellement achevée et diffusée. Il est cependant certain qu’elle a existé comme telle, tant dans sa partie naturelle que dans sa partie historique. Les deux parties contiennent chacune trente-deux livres.

La pars naturalis de cette version dite bifaria n’est malheureusement que partiellement conservée. Les deux manuscrits Bruxelles B.R. 18465 (XIVe s., provenant de l’abbaye Saint-Martin de Tournai) et B.R. 9152 (XVe s., provenant de l’abbaye Saint-Laurent de Liège) font connaître : le prologue, i.e. le Libellus apologeticus, très explicite quant à la nature du projet et à la manière de faire (livre I), la table des chapitres des livres II à XIII, le texte des livres II à VIII, soit les quatre premiers jours de la création.

La pars historialis a été mieux préservée. Les trente livres sont connus par l’intermédiaire de deux familles de manuscrits (versions dites de Dijon et de Klosterneuburg) menant le récit historique jusqu’en 1244 (puis à la fin des temps). L’analyse de cette première version a été menée par J.B. Voorbij, Het ‘Speculum Historiale’ van Vincent van Beauvais. Een studie van zijn ontstaansgeschiedenis, Groningen, 1991 (résumé en anglais, p. 389-394).

Avant 1259, Vincent de Beauvais revoit complètement le texte du Speculum maius et l’organise en trois parties : naturale, historiale et doctrinale.

Un livre de synthèse écrit à l’Atelier reprend l’essentiel des acquis sur le « Grand Miroir du Monde » qu’est le Speculum maius, et en offre de nombreux extraits en traduction : M. Paulmier-Foucart, avec la coll. de M.-Ch. Duchenne, Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du Monde, Turnhout, Brepols, 2004 (Témoins de notre histoire).

En savoir +

  1. Documentation sur la version bifaria du Speculum naturale (c. 1244)
  2. Sommaires des trois Specula dans la version trifaria (éd. Douai 1624)
  3. Tableau comparatif de la matière de la bifaria vers la trifaria
  4. Liste indicative des sources du Speculum maius

Documentation sur la version «bifaria» du «Speculum naturale» (c. 1244)

Malgré les lacunes dans sa conservation, ce premier Speculum naturale apporte des informations très importantes sur la nature de l’entreprise encyclopédique de Vincent de Beauvais et son extension.

La comparaison de la version bifaria avec le texte de l’« édition » suivante, c’est-à-dire la version trifaria du Speculum maius (i.e. en trois parties, Naturale, Doctrinale, Historiale, c. 1260), permet de mesurer l’évolution du savoir nécessaire chez les Frères Prêcheurs : d’une compilation fortement marquée par l’esprit de la fin du XIIIe siècle, on passe, dans le fond et dans la forme, à une encyclopédie marquée par les progrès de l’aristotélisme et les exigences du studium dominicain, essentiellement sous l’influence de deux brillants dominicains : Albert le Grand pour la philosophie naturelle, et de Raymond de Peñafort pour le droit.

Cette première version du Speculum naturale contient la matière des futurs Naturale et Doctrinale, soit la description de la création (historia naturalis), la chute de l’homme dans le péché (natura destituta), et les moyens donnés à l’homme de retrouver une part de sa condition « à l’image de Dieu » (reparatio via la doctrina).

Cette première édition de la pars naturalis du Speculum maius, découverte et exploitée par M. Paulmier-Foucart, est présentée dans les pages ci-dessous et les articles suivants :

« Étude sur l’état des connaissances au milieu du XIIIe siècle : Nouvelles recherches sur la genèse du Speculum maius de Vincent de Beauvais », Spicae – Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais (CNRS éd.), 1 (1978), p. 91-12 ;

« Le plan et l’évolution du Speculum maius de Vincent de Beauvais : de la version bifaria à la version trifaria », in Die Enzyklopädie im Wandel vom Hochmittelalter zur frühen Neuzeit , Ch. Meier éd., (Münstersche Mittelalter-Schriften), München, 2002, p. 245-267.

D’après les manuscrits Bruxelles, B. R. 18465 et 9152, on trouvera ici :

Nous donnons les titres de chapitres et les rubriques sources en ajoutant à titre indicatif le renvoi aux chapitres correspondants de la version trifaria (édition de Douai 1624). Mais attention, une identité de titre, voire de source, ne signifie pas que le texte du chapitre soit identique. Nous avons en projet la mise à disposition en ligne du texte complet de cette version bifaria (texte des huit premiers livres seul conservé).