Archives par étiquette : Speculum naturale

Le ms. Lucca, Biblioteca Statale, 1966 contient l’encyclopédie du Ps.-John Folsham

Ps.-John Folsham, De natura rerum, c. De argento, Ms Lucca, Bibl. Statale 1966

 

Le contenu de ce manuscrit, acéphale, n’avait jusqu’ici pas été identifié. Il s’agit d’une copie datable, d’après l’écriture, du 13e siècle, ce qui en fait probablement le plus ancien témoin de l’encyclopédie attribuée (sans certitude), à John Folsham. Cette encyclopédie De natura rerum a été éditée par Dmitri Abramov dans sa thèse de doctorat (Hamburg, 2003) à partir des cinq manuscrits connus jusqu’ici, qui présentent deux versions assez différentes.

De premières investigations montrent que le manuscrit de Lucca semble aussi le plus complet et le plus exact pour ce qui concerne les marqueurs de citation (auctoritates), par rapport aux cinq autres manuscrits connus.

Une utilisation immédiate par Vincent de Beauvais parmi les « Libri de natura rerum »

Une information essentielle : le manuscrit présente la version la plus proche du De natura rerum utilisée par Vincent de Beauvais dans le Speculum naturale et dans le Speculum doctrinale c. 1250 sous le marqueur de source Liber de natura rerum. Sous cette référence, sont en majorité rassemblés par Vincent de ses frères des extraits d’une version du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, dans une version « auctoriale » intermédiaire entre ce que H. Boese a appelé les versions I et II (l’édition de M. Cipriani en cours devrait permettre d’en dire davantage). Mais on y trouve aussi quelques citations de l’encyclopédie du Ps.-John Folsham, quelques citations du De naturis rerum d’Alexandre Nequam, et l’une ou l’autre citation qui se trouvent également dans le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais.

Cette constatation montre à quel point les encyclopédies médiévales intègrent immédiatement l’information disponible. Dans le De natura rerum du Ps.-John Folsham, on trouve en effet des autorités aussi récentes que le commentateur Alfred de Shareshill et le traducteur Michel Scot, qui livrent diverses oeuvres de la philosophie naturelle d’Aristote traduites de l’arabe, mais aussi des citations  du savant Robert Grosseteste (m. 1253).

Comme le montre le feuillet présenté en illustration, cette encyclopédie est particulièrement riche en ce qui concerne la minéralogie et la zoologie.

Cette découverte fera l’objet d’un article qui présentera les contenus du ‘De natura rerum’ du Ps.-Folsham propres à ce manuscrit.

Isabelle Draelants et Mattia Cipriani prévoient par ailleurs un article sur la chronologie relative des encyclopédies naturelles contemporaines et leurs liens avec Albert le Grand dans la période 1230-1255.

L’intégration du texte de l’encyclopédie du Pseudo-John Folsham est prévue, à terme, dans le corpus SourcEncyMe.

Isabelle Draelants

 

Documentation sur la version «bifaria» du «Speculum naturale» (c. 1244)

Malgré les lacunes dans sa conservation, ce premier Speculum naturale apporte des informations très importantes sur la nature de l’entreprise encyclopédique de Vincent de Beauvais et son extension.

La comparaison de la version bifaria avec le texte de l’« édition » suivante, c’est-à-dire la version trifaria du Speculum maius (i.e. en trois parties, Naturale, Doctrinale, Historiale, c. 1260), permet de mesurer l’évolution du savoir nécessaire chez les Frères Prêcheurs : d’une compilation fortement marquée par l’esprit de la fin du XIIIe siècle, on passe, dans le fond et dans la forme, à une encyclopédie marquée par les progrès de l’aristotélisme et les exigences du studium dominicain, essentiellement sous l’influence de deux brillants dominicains : Albert le Grand pour la philosophie naturelle, et de Raymond de Peñafort pour le droit.

Cette première version du Speculum naturale contient la matière des futurs Naturale et Doctrinale, soit la description de la création (historia naturalis), la chute de l’homme dans le péché (natura destituta), et les moyens donnés à l’homme de retrouver une part de sa condition « à l’image de Dieu » (reparatio via la doctrina).

Cette première édition de la pars naturalis du Speculum maius, découverte et exploitée par M. Paulmier-Foucart, est présentée dans les pages ci-dessous et les articles suivants :

« Étude sur l’état des connaissances au milieu du XIIIe siècle : Nouvelles recherches sur la genèse du Speculum maius de Vincent de Beauvais », Spicae – Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais (CNRS éd.), 1 (1978), p. 91-12 ;

« Le plan et l’évolution du Speculum maius de Vincent de Beauvais : de la version bifaria à la version trifaria », in Die Enzyklopädie im Wandel vom Hochmittelalter zur frühen Neuzeit , Ch. Meier éd., (Münstersche Mittelalter-Schriften), München, 2002, p. 245-267.

D’après les manuscrits Bruxelles, B. R. 18465 et 9152, on trouvera ici :

Nous donnons les titres de chapitres et les rubriques sources en ajoutant à titre indicatif le renvoi aux chapitres correspondants de la version trifaria (édition de Douai 1624). Mais attention, une identité de titre, voire de source, ne signifie pas que le texte du chapitre soit identique. Nous avons en projet la mise à disposition en ligne du texte complet de cette version bifaria (texte des huit premiers livres seul conservé).

Vincent de Beauvais et le «Speculum maius»

Vincent de Beauvais, Speculum historiale, Médiathèque du Grand Troyes, ms. 464, f. 13.

Vincent de Beauvais, Speculum historiale, Médiathèque du Grand Troyes, ms. 464, f. 13.

Le Speculum maius du dominicain Vincent de Beauvais est sans conteste la plus grande encyclopédie médiévale, héritière des Étymologies d’Isidore de Séville, du mouvement naturaliste du 12e s. et des efforts d’organisation des chanoines de Saint-Victor. Continuer la lecture