Archives par étiquette : Encyclopédies médiévales

Le « petit ouvrage sur les natures des animaux, d’après les dires des saints et de plusieurs maîtres » (c. 1220 ?) sort de l’ombre

Ombeline Fichant commence une thèse sur une encyclopédie zoologique originale et inédite, l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorumdont elle donnera une étude approfondie des sources et une édition critique

Thèse s. dir. Isabelle Draelants,
Ecole doctorale 472 de l’EPHE, Paris

Le manuscrit II 1143, conservé à la Bibliothèque Royale Albert 1er à Bruxelles, contient un texte singulier, resté inexploré jusqu’ici : l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorum, inc. Prologus : Ieronimus. Omne animal quod findit ungulam et ruminat mundum est. Alliant savoirs zoologiques et exempla moralisés, science naturelle et exégèse, cette œuvre inédite se place à la croisée des genres médiévaux des bestiaires, des encyclopédies et des recueils de distinctiones ; de premières investigations permettent d’avancer l’hypothèse d’une composition dans l’orbite liégeois au début du XIIIe siècle. Ce texte du plus haut intérêt, dont l’auteur reste encore à découvrir et qui pourrait être autographe, promet de belles découvertes sur les liens entre progrès de la zoologie et exégèse, sur l’évolution des genres narratifs au Moyen Age, et sur l’organisation et la transmission des savoirs à l’époque de sa rédaction.

Opusculum de naturis animalium. Notice sur l’éléphant, tirée en partie des Dicta Chrysostomi. Repérer au f. 123v l’auctoritas “Magister”.

L’Opusculum propose une série de notices descriptives consacrées aux animaux, où se trouvent constamment mêlées connaissances zoologiques et médicales, commentaires scripturaires, extraits de fables ou de récits antiques et considérations morales ; dans une démarche résolument encyclopédique, l’auteur s’est efforcé de rassembler l’ensemble des connaissances disponibles sur les animaux, tous domaines confondus. Ce recueil original apparaît ainsi comme un précurseur des encyclopédies naturelles qui se développent dans le second tiers du XIIIe siècle. L’intérêt évident de l’auteur pour la matière zoologique, et notamment pour les petits animaux (minuta) donne à ce texte une de ses dimensions originales : il accorde une attention toute particulière aux serpents et aux « vermes », à tout ce qui rampe et grouille ; il consacre de longs paragraphes aux scorpions, aux araignées et aux sauterelles, et semble éprouver une certaine fascination pour les vers, les sangsues et les lombrics.

Des recherches préliminaires ont permis de dresser une première typologie des sources mobilisées par l’auteur, qui met en lumière toute l’originalité de cette œuvre : une part considérable des références mentionnées dans le texte renvoie à des œuvres contemporaines de la rédaction de l’Opusculum, ou la précédant de peu : entre autres l’Historia Scolastica de Pierre Comestor, des ouvrages de Bernard de Clairvaux, de Jean de Salisbury, de Rupert de Deutz, de Pierre Damien, d’Hildebert de Lavardin… Par ailleurs, il est particulièrement intéressant que l’auteur fasse référence, tout au long du texte, à un certain « magister » (comme dans l’illustration du f. 123v), figure anonyme qui – en référence au titre de l’Opusculum – dissimule plusieurs maîtres, entre autres Isaac de l’Etoile, Guillaume de Tyr, Bernard Silvestre, Richard de Saint-Victor, Pierre de Blois… La liste ne cesse de s’allonger.

Au-delà de ces références contemporaines, qui dominent largement le texte de l’Opusculum, l’auteur évoque de nombreux ouvrages patristiques et monastiques – entre autres Bède le Vénérable ou Smaragde de saint-Mihiel – ainsi que des fables, des mythes antiques ou encore des encyclopédies antérieures, comme celles d’Isidore de Séville ou de Raban Maur.

Il est également essentiel de préciser que l’Opusculum ne fait aucune référence à la matière aristotélicienne sur la nature ou aux traductions latines des textes des savants arabes, ce qui constitue un indice solide pour affirmer que cette œuvre a été composée avant 1230, avant que ne s’amorce réellement l’âge d’or de l’encyclopédisme médiéval qui assimile cette nouvelle matière.

Autre particularité, le choix des exempla et l’usage de certaines dénominations singulières laissent transparaître un ancrage dans la région de Liège : le texte met volontiers en valeur des saints locaux, comme saint Lambert, saint Servais ou saint Remacle. L’œuvre laisse ainsi entrevoir des liens intellectuels, voire un réseau d’échanges foisonnant entre de nombreuses figures de la vie scolastique dûment référencées sous les « marqueurs de citations » ; les premières identifications laissent deviner un milieu d’enseignement dynamique, à l’aube de l’émergence des universités.

Les recherches sont menées par Ombeline Fichant dans le cadre d’une thèse de doctorat qui commence avec le soutien d’une bourse de thèse de l’Ecole pratique des hautes études (oct. 2018). Elles feront l’objet sans tarder d’un article de signalement co-écrit, qui mettra l’Opusculum en contexte à partir des premières investigations qui ont incité I. Draelants à proposer ce sujet de thèse, et des premières identifications de sources menées par O. Fichant. La thèse devrait permettre, en fournissant une édition critique et une étude historique détaillée, de mettre au jour toutes les spécificités de cette œuvre originale et du manuscrit unique qui la contient, d’en analyser le contenu naturaliste, d’en reconstituer le contexte de composition et la portée ; elles apporteront des réponses aux nombreuses questions que suscite la lecture de l’ouvrage, entre autres celle du genre dont il relève typologiquement ou encore celle de l’enseignement, des magistralia et du riche réseau intellectuel dans lequel s’insérait l’auteur de l’Opusculum. A terme, le texte de l’Opusculum devrait rejoindre le corpus en ligne des encyclopédies médiévales, SourcEncyMe.

RursuSpicae : Nouveau numéro sur les encyclopédies médiévales

Nature et morale :
Sources, et postérité homilétique,
des encyclopédies du XIIIe siècle 

 

Le numéro 11 de Rursus, sorti en décembre 2017, consacre la fusion des revues Rursus et Spicae. Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais.

Le nouveau site de la revue RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture de textes, de l’Antiquité au Moyen Âge sera prêt en mars sur Revues.org / OpenEdition Journals avec le nouvel ISSN 2557-8839.

Sommaire

  • Avenel, Marie-Agnès, « Les ‘monstres marins’ sont-ils des ‘poissons’ ? Le livre VI du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré » – Are See Monsters Fishes? Book VI of Thomas of Cantimpré’s Liber de natura rerum
  • Cipriani, Mattia, Questio satis iocunda est : Analisi delle fonti di questiones et responsiones del Liber de natura rerum di Tommaso di Cantimpré – Questio satis iocunda est : Analysis of the sources of the questiones and responsiones of the Thomas of Cantimpré’s Liber de natura rerum
  • Delmas, Sophie, La réception des encyclopédies naturelles dans les sermons au XIIIe siècle. Quelques exemples – The Reception of Natural Encyclopaedias in the Sermons of the thirteenth Century. Some examples
  • Draelants, Isabelle – Frunzeanu, Eduard, Le savoir astronomique et ses sources dans le De mundo et corporibus celestibus de Barthélemy l’Anglais – Astronomical Knowledge and Its Sources in the De mundo et corporibus celestibus of Bartholomeus Anglicus
  • Hamy, Adrienne, La production encyclopédique de Marc d’Orvieto et Juan Gil de Zamora : ressources pour la prédication – Marcus of Orvieto’s and Juan Gil of Zamora’s encyclopedic Production : Resources for Preaching
  • Villaroel, Irene, Las fuentes ocultas del actor en el tratado sobre la scientia moralis del Speculum doctrinale (V-VI) de Vicente de Beauvais – The actor’s secret sources in the treatise on the scientia moralis of Vincent of Beauvais’ Speculum doctrinale (V-VI)

Voir les appels à contributions en cours sur le site.
Un prochain appel à contributions portera encore sur les contenus naturalistes des encyclopédies du XIIIe siècle.

Journée d’études “La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales” – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

Physiologus de Bern

Bern, Bürgerbibl., Cod. 318

14 juin 2017 à l’Institut de recherche et d’histoire des textes,
dans le cadre du projet SourcEncyMe
et de la réunion du Groupe de recherche international Zoomathia.

Org. Isabelle Draelants

9h45 – 12h30 L’utilisation du Physiologus dans les encyclopédies médiévales – Communications

Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 53, f. 1.

Introduction – Accueil
Isabelle Draelants : Les progrès du corpus SourcEncyMe (Sources des encyclopédies médiévales – corpus annoté)

10h15 Emmanuelle Kuhry : le Physiologus dans les Recueils de propriétés (c. 1230-40) [résumé]
10h45 Mattia Cipriani : le Physiologus chez Thomas de Cantimpré (c. 1240-50) [résumé]

11h15-11h30 : Pause

11h30 Elisa Lonati : Barthélemy l’Anglais connaît-il le Physiologus ? Etat des lieux [résumé]
12h00 Beatrice Amelotti : Le Physiologus et les sources zoologiques dans la Summa de exemplis et similitudinibus rerum de Giovanni da San Geminiano (avant 1317) [résumé]

12h30 : Buffet à l’IRHT

13h45-18h00 Bilan et prospective du Groupe de recherche international (GDRI) Zoomathia, Zoomathia Annual Meeting 2017

Org. Zoomathia – A. Zucker

13h45 Overview on Zoomathia activites in 2017 – Major achievements of the program (2014-2017)

14h15 Miled Rousset, New functionalities of Opentheso : Enriching and Sharing Repositories
14h45 Mathieu Saby, Constructing a Searchable Corpus on Ancient Zoology
15h15 Eduard Frunzeanu, History of Texts and Interoperability of Metadata : Some Challenges of Biblissima Project
15h45 Pietro Li Causi, The Palermo Experience (Secondary School Annotation of a Zoological Text)

16h10-16h30 Pause

16h30 Emmanuelle Kuhry, Physiologus Project on Stemmatology. Results and Perspectives
17h00 Matthias Macé, Trying to Modelling Historical Data on Horse Diversity: First Attempts Using Fourier Transform
17h30 Thierry Buquet, New Developments of ICHTYA Project and Collaboration with Biologists

18h00-18h30 Information on Renewal request for Zoomathia – Perspectives and General discussion

Dîner au Quartier Latin