Archives par étiquette : Edition critique

Le « petit ouvrage sur les natures des animaux, d’après les dires des saints et de plusieurs maîtres » (c. 1220 ?) sort de l’ombre

Ombeline Fichant commence une thèse sur une encyclopédie zoologique originale et inédite, l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorumdont elle donnera une étude approfondie des sources et une édition critique

Thèse s. dir. Isabelle Draelants,
Ecole doctorale 472 de l’EPHE, Paris

Le manuscrit II 1143, conservé à la Bibliothèque Royale Albert 1er à Bruxelles, contient un texte singulier, resté inexploré jusqu’ici : l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorum, inc. Prologus : Ieronimus. Omne animal quod findit ungulam et ruminat mundum est. Alliant savoirs zoologiques et exempla moralisés, science naturelle et exégèse, cette œuvre inédite se place à la croisée des genres médiévaux des bestiaires, des encyclopédies et des recueils de distinctiones ; de premières investigations permettent d’avancer l’hypothèse d’une composition dans l’orbite liégeois au début du XIIIe siècle. Ce texte du plus haut intérêt, dont l’auteur reste encore à découvrir et qui pourrait être autographe, promet de belles découvertes sur les liens entre progrès de la zoologie et exégèse, sur l’évolution des genres narratifs au Moyen Age, et sur l’organisation et la transmission des savoirs à l’époque de sa rédaction.

Opusculum de naturis animalium. Notice sur l’éléphant, tirée en partie des Dicta Chrysostomi. Repérer au f. 123v l’auctoritas « Magister ».

L’Opusculum propose une série de notices descriptives consacrées aux animaux, où se trouvent constamment mêlées connaissances zoologiques et médicales, commentaires scripturaires, extraits de fables ou de récits antiques et considérations morales ; dans une démarche résolument encyclopédique, l’auteur s’est efforcé de rassembler l’ensemble des connaissances disponibles sur les animaux, tous domaines confondus. Ce recueil original apparaît ainsi comme un précurseur des encyclopédies naturelles qui se développent dans le second tiers du XIIIe siècle. L’intérêt évident de l’auteur pour la matière zoologique, et notamment pour les petits animaux (minuta) donne à ce texte une de ses dimensions originales : il accorde une attention toute particulière aux serpents et aux « vermes », à tout ce qui rampe et grouille ; il consacre de longs paragraphes aux scorpions, aux araignées et aux sauterelles, et semble éprouver une certaine fascination pour les vers, les sangsues et les lombrics.

Des recherches préliminaires ont permis de dresser une première typologie des sources mobilisées par l’auteur, qui met en lumière toute l’originalité de cette œuvre : une part considérable des références mentionnées dans le texte renvoie à des œuvres contemporaines de la rédaction de l’Opusculum, ou la précédant de peu : entre autres l’Historia Scolastica de Pierre Comestor, des ouvrages de Bernard de Clairvaux, de Jean de Salisbury, de Rupert de Deutz, de Pierre Damien, d’Hildebert de Lavardin… Par ailleurs, il est particulièrement intéressant que l’auteur fasse référence, tout au long du texte, à un certain « magister » (comme dans l’illustration du f. 123v), figure anonyme qui – en référence au titre de l’Opusculum – dissimule plusieurs maîtres, entre autres Isaac de l’Etoile, Guillaume de Tyr, Bernard Silvestre, Richard de Saint-Victor, Pierre de Blois… La liste ne cesse de s’allonger.

Au-delà de ces références contemporaines, qui dominent largement le texte de l’Opusculum, l’auteur évoque de nombreux ouvrages patristiques et monastiques – entre autres Bède le Vénérable ou Smaragde de saint-Mihiel – ainsi que des fables, des mythes antiques ou encore des encyclopédies antérieures, comme celles d’Isidore de Séville ou de Raban Maur.

Il est également essentiel de préciser que l’Opusculum ne fait aucune référence à la matière aristotélicienne sur la nature ou aux traductions latines des textes des savants arabes, ce qui constitue un indice solide pour affirmer que cette œuvre a été composée avant 1230, avant que ne s’amorce réellement l’âge d’or de l’encyclopédisme médiéval qui assimile cette nouvelle matière.

Autre particularité, le choix des exempla et l’usage de certaines dénominations singulières laissent transparaître un ancrage dans la région de Liège : le texte met volontiers en valeur des saints locaux, comme saint Lambert, saint Servais ou saint Remacle. L’œuvre laisse ainsi entrevoir des liens intellectuels, voire un réseau d’échanges foisonnant entre de nombreuses figures de la vie scolastique dûment référencées sous les « marqueurs de citations » ; les premières identifications laissent deviner un milieu d’enseignement dynamique, à l’aube de l’émergence des universités.

Les recherches sont menées par Ombeline Fichant dans le cadre d’une thèse de doctorat qui commence avec le soutien d’une bourse de thèse de l’Ecole pratique des hautes études (oct. 2018). Elles feront l’objet sans tarder d’un article de signalement co-écrit, qui mettra l’Opusculum en contexte à partir des premières investigations qui ont incité I. Draelants à proposer ce sujet de thèse, et des premières identifications de sources menées par O. Fichant. La thèse devrait permettre, en fournissant une édition critique et une étude historique détaillée, de mettre au jour toutes les spécificités de cette œuvre originale et du manuscrit unique qui la contient, d’en analyser le contenu naturaliste, d’en reconstituer le contexte de composition et la portée ; elles apporteront des réponses aux nombreuses questions que suscite la lecture de l’ouvrage, entre autres celle du genre dont il relève typologiquement ou encore celle de l’enseignement, des magistralia et du riche réseau intellectuel dans lequel s’insérait l’auteur de l’Opusculum. A terme, le texte de l’Opusculum devrait rejoindre le corpus en ligne des encyclopédies médiévales, SourcEncyMe.

Nouvelle édition, en ligne, des versions auctoriales du « Liber de natura rerum » de Thomas de Cantimpré

Liber de natura rerum, Ms. London, British Libr., Harley 3717, f. 1r

Le projet SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies Médiévales) progresse!

Page de consultation du Liber de natura rerum sur SourcEncyMe

Nous avons le plaisir de vous annoncer deux grandes avancées de ce corpus latin dont l’objectif est la caractérisation du patrimoine intellectuel des encyclopédies médiévales par l’identification de leurs sources :

La mise en ligne des versions « auctoriales » du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré
(c’est-à-dire les stades de rédaction de l’encyclopédie que H. Boese avait édité comme « versions I et II »), sous la forme d’une nouvelle édition critique par Mattia Cipriani. Cette édition distingue quatre stades de rédaction d’auteur, d’après quatre manuscrits principaux.

Liber de natura rerum, Ms Brugge, Stadbibl. 410, f. 4v

Lidentification complète de toutes les sources du Liber de natura rerum,
c’est-à-dire près de 170 sources différentes, principalement de philosophie naturelle et de médecine, mises en œuvre par le compilateur pour la rédaction de son encyclopédie. Ses interventions d’auteur ont également été mises en évidence par le travail de M. Cipriani. Ce travail d’identification porte à retarder la datation de la rédaction du Liber jusqu’aux années 1250.

Liber de natura rerum, Ms. London, British Libr., Harley 3717, f. 2r

Ce travail a été réalisé durant un séjour post-doctoral financé par le LabEx Hastec à l’Atelier Vincent de Beauvais, au sein de l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris, sous la supervision d’Isabelle Draelants.

NB : Le texte de ces versions du Liber de natura rerum fera encore l’objet de modifications, légères, du point de vue de certains choix de leçons critiques, de la ponctuation et de la mise en évidence de certains ajouts de la main du compilateur, avant la publication de l’édition critique définitve. En outre, il arrive que les éditions utilisées pour l’identification de certaines sources ne soient pas toujours les éditions de référence, mais les renvois aux éditions de référence pour chaque source y seront substituées peu à peu pour correspondre à celles qui seront utilisées pour l’apparat de l’édition critique définitive.

Le site SourcEncyMe donne également accès à la version tardive « Thomas III. » de l’encyclopédie naturelle de Thomas de Cantimpré, dans le texte critique établi avant 1993 par K. Vollmann et H. Hünemörder.
Après la reprise de ce travail, l’édition définitive de cette version par Rudolf K. Wiegand, J. Deus et H. Ulmschneider vient de paraître chez Reichert (coll. Wissensliteratur im Mittelalter, 54.1). 

Séjour post-doctoral de Mattia Cipriani

Liber de natura rerum, Thomas de Cantimpré, Ms. Heiligenkreuz 180, f. 167r

Liber de natura rerum, Thomas de Cantimpré, Ms. Heiligenkreuz 180, f. 167r

Mattia Cipriani, Docteur de la Scuola Normale Superiore (Istituto Italiano di Scienze Umane et de l’EPHE depuis 2014, entame un post-doctorat d’un an à l’Atelier Vincent de Beauvais, dans le cadre du projet SourcEncyMe, d’octobre 2016 à octobre 2017. L’objectif de son projet est d’achever la préparation d’une nouvelle édition critique des versions I et II du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré depuis les plus anciens manuscrits. Le texte de ces versions du Liber de natura rerum sera mis en ligne sur le corpus SourcEncyMe des encyclopédies médiévales au plus tard en octobre 2017.

Il travaille sur la supervision d’Isabelle Draelants, et en collaboration avec des collègues philologues de l’université de Caen-Basse Normandie, qui préparent une traduction des livres zoologiques du Liber de natura rerum.