Archives par étiquette : Barthélemy l’Anglais

Le ms. Lucca, Biblioteca Statale, 1966 contient l’encyclopédie du Ps.-John Folsham

Ps.-John Folsham, De natura rerum, c. De argento, Ms Lucca, Bibl. Statale 1966

 

Le contenu de ce manuscrit, acéphale, n’avait jusqu’ici pas été identifié. Il s’agit d’une copie datable, d’après l’écriture, du 13e siècle, ce qui en fait probablement le plus ancien témoin de l’encyclopédie attribuée (sans certitude), à John Folsham. Cette encyclopédie De natura rerum a été éditée par Dmitri Abramov dans sa thèse de doctorat (Hamburg, 2003) à partir des cinq manuscrits connus jusqu’ici, qui présentent deux versions assez différentes.

De premières investigations montrent que le manuscrit de Lucca semble aussi le plus complet et le plus exact pour ce qui concerne les marqueurs de citation (auctoritates), par rapport aux cinq autres manuscrits connus.

Une utilisation immédiate par Vincent de Beauvais parmi les « Libri de natura rerum »

Une information essentielle : le manuscrit présente la version la plus proche du De natura rerum utilisée par Vincent de Beauvais dans le Speculum naturale et dans le Speculum doctrinale c. 1250 sous le marqueur de source Liber de natura rerum. Sous cette référence, sont en majorité rassemblés par Vincent de ses frères des extraits d’une version du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, dans une version « auctoriale » intermédiaire entre ce que H. Boese a appelé les versions I et II (l’édition de M. Cipriani en cours devrait permettre d’en dire davantage). Mais on y trouve aussi quelques citations de l’encyclopédie du Ps.-John Folsham, quelques citations du De naturis rerum d’Alexandre Nequam, et l’une ou l’autre citation qui se trouvent également dans le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais.

Cette constatation montre à quel point les encyclopédies médiévales intègrent immédiatement l’information disponible. Dans le De natura rerum du Ps.-John Folsham, on trouve en effet des autorités aussi récentes que le commentateur Alfred de Shareshill et le traducteur Michel Scot, qui livrent diverses oeuvres de la philosophie naturelle d’Aristote traduites de l’arabe, mais aussi des citations  du savant Robert Grosseteste (m. 1253).

Comme le montre le feuillet présenté en illustration, cette encyclopédie est particulièrement riche en ce qui concerne la minéralogie et la zoologie.

Cette découverte fera l’objet d’un article qui présentera les contenus du ‘De natura rerum’ du Ps.-Folsham propres à ce manuscrit.

Isabelle Draelants et Mattia Cipriani prévoient par ailleurs un article sur la chronologie relative des encyclopédies naturelles contemporaines et leurs liens avec Albert le Grand dans la période 1230-1255.

L’intégration du texte de l’encyclopédie du Pseudo-John Folsham est prévue, à terme, dans le corpus SourcEncyMe.

Isabelle Draelants

 

RursuSpicae : Nouveau numéro sur les encyclopédies médiévales

Nature et morale :
Sources, et postérité homilétique,
des encyclopédies du XIIIe siècle 

 

Le numéro 11 de Rursus, sorti en décembre 2017, consacre la fusion des revues Rursus et Spicae. Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais.

Le nouveau site de la revue RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture de textes, de l’Antiquité au Moyen Âge sera prêt en mars sur Revues.org / OpenEdition Journals avec le nouvel ISSN 2557-8839.

Sommaire

  • Avenel, Marie-Agnès, « Les ‘monstres marins’ sont-ils des ‘poissons’ ? Le livre VI du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré » – Are See Monsters Fishes? Book VI of Thomas of Cantimpré’s Liber de natura rerum
  • Cipriani, Mattia, Questio satis iocunda est : Analisi delle fonti di questiones et responsiones del Liber de natura rerum di Tommaso di Cantimpré – Questio satis iocunda est : Analysis of the sources of the questiones and responsiones of the Thomas of Cantimpré’s Liber de natura rerum
  • Delmas, Sophie, La réception des encyclopédies naturelles dans les sermons au XIIIe siècle. Quelques exemples – The Reception of Natural Encyclopaedias in the Sermons of the thirteenth Century. Some examples
  • Draelants, Isabelle – Frunzeanu, Eduard, Le savoir astronomique et ses sources dans le De mundo et corporibus celestibus de Barthélemy l’Anglais – Astronomical Knowledge and Its Sources in the De mundo et corporibus celestibus of Bartholomeus Anglicus
  • Hamy, Adrienne, La production encyclopédique de Marc d’Orvieto et Juan Gil de Zamora : ressources pour la prédication – Marcus of Orvieto’s and Juan Gil of Zamora’s encyclopedic Production : Resources for Preaching
  • Villaroel, Irene, Las fuentes ocultas del actor en el tratado sobre la scientia moralis del Speculum doctrinale (V-VI) de Vicente de Beauvais – The actor’s secret sources in the treatise on the scientia moralis of Vincent of Beauvais’ Speculum doctrinale (V-VI)

Voir les appels à contributions en cours sur le site.
Un prochain appel à contributions portera encore sur les contenus naturalistes des encyclopédies du XIIIe siècle.

Découverte d’un fragment du livre XIX du « De proprietatibus rerum » de Barthélemy l’Anglais

De proprietatibus rerum, fragment 1 dans reliure Antwerpen, EHC K 54434

De proprietatibus rerum, fragment 2 (reliure Antwerpen, EHC K 54434)

Deux nouveaux fragments du livre XIX du De proprietatibus rerum, l’encyclopédie naturelle rédigée par le franciscain Barthélemy l’Anglais entre c. 1230-1248. Continuer la lecture

Transmission de la philosophie naturelle dans l’Occident médiéval

Des traductions du XIIe siècle à la naissance d’une nouvelle rationalité scientifique

Barthélémy l’Anglais, De Proprietatibus rerum, Autun, BM, ms. 32, f. 196v

Barthélémy l’Anglais, De Proprietatibus rerum, Autun, BM, ms. 32, f. 196v

I. Réveil de la culture scientifique occidentale et tradition des connaissances

Au tournant du XIIe et du XIIIe s., suite au renouvellement des savoirs issus des traductions gréco-latines et arabo-latines récentes, on découvre la biologie et la physique d’Aristote après avoir usé longuement de sa seule logique. Continuer la lecture

L’encyclopédisme médiéval

Barthélémy l’Anglais, De Proprietatibus rerum, Autun, BM, ms. 32, f. 132v.

Barthélémy l’Anglais, De Proprietatibus rerum, Autun, BM, ms. 32, f. 132v.

Les encyclopédies latines étudiées à l’Atelier s’inscrivent dans l’effort d’organisation des connaissances qui marque le XIIIe siècle européen, au moment où se mettent en place les structures de l’état moderne et se créent les universités et les collèges nourris des savoirs antiques et des connaissances arrivées via les traductions arabo- et greco-latines. Continuer la lecture