Archives mensuelles : avril 2017

Le Physiologus dans les recueils de propriétés (c. 1240)

Emmanuelle KUHRY

Résumé de la communication dans le cadre de la journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

Le Physiologus latin et les bestiaires du XIIe siècle – qui sont issus des diverses branches de sa tradition -, forment l’une des sources principales du savoir zoologique avant le XIIIe siècle, avec l’Histoire naturelle de Pline, les Étymologies d’Isidore de Séville et l’Hexaemeron d’Ambroise. Dans les recueils de propriétés qui précèdent dès le début du XIIIe siècle les encyclopédies comme outils de mise à disposition des propriétés naturelles pour la prédication, ces couches de savoir sédimentent la compilation jusqu’à parfois répéter un même fait, passé par plusieurs voies de transmission différentes.

Cette contribution entend proposer une définition du recueil de propriétés et en analyser la part du contenu provenant du Physiologus.

 

Le Physiologus et les sources zoologiques dans la Summa de exemplis et similitudinibus rerum de Giovanni da San Geminiano

Beatrice AMELOTTI

Résumé de la communication dans le cadre de la journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

Giovanni da San Geminiano vécut au tournant des XIIIe et XIV siècles. Appartenant à l’ordre dominicain, il se forma à l’étranger, vraisemblablement au studium generale de Barcelone. Il mentionne en effet plusieurs contacts avec les Arabes dans son Liber de exemplis. Ensuite, il  retourna en Italie pour exercer son rôle de prédicateur entre la Toscane et le Latium.
Giovanni fut principalement auteur de sermons. Quatre grands recueils lui sont attribués :  les Sermones de mortuis, les Sermones de tempore, les Sermones de Sanctis, le Quadragesimale. Ils eurent un très grand succès en Italie et en Europe en géneral. Son oeuvre la plus diffusée fut toutefois le Liber (ou Summa) de exemplis et similitudinibus rerum, composé autour du 1300, qui appartient au genre des encyclopédies moralisées et est organisée en dix livres. Chaque livre est consacré à une partie de la Création, à partir du ciel et des  pierres précieuses jusqu’à l’homme et à ses créations.

Dans le cadre de cette journée, on discutera en particulier des sources zoologiques de l’oeuvre de Giovanni pour essayer de comprendre de quelle façon il les a utilisées. Notre prédicateur a dédié deux livres entièrement aux animaux (IV et V). Dans le livre IV, ils traite les créatures aquatiques et les volatiles; dans le V, les créatures terrestres, dont les amphibies. Dans cette oeuvre, les animaux, comme du reste tous les eléments traités, sont utilisés pour en tirer des exempla ou des similitudines. L’oeuvre est en effet adressée aux confrères prédicateurs afin qu’ils s’en inspirent pour leur activité sermocinale. On est donc confronté à un texte fortement moralisé, où les éléments naturels deviennent souvent des prétextes pour construire un discours éthique ou moral.

Le bout de l’intervention est de retrouver les attestations du Physiologus et d’identifier de quelle version elles proviennent, ou, si possible, de déterminer l’intermédiaire à travers lequel ils sont cités.

Le Physiologus chez le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré

Mattia CIPRIANI

Résumé de la communication dans le cadre de la journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

La communication se concentrera sur le Liber de natura rerum, une célèbre compilation sur la nature réalisée entre 1245 et 1260 ca par le dominicain brabançon Thomas de Cantimpré (1200/01-1270/71). Après avoir rapidement montré la structure, le contenu et les sources principales (Aristote, Isidore de Séville, Jacques de Vitry, Pline l’Ancien,…) de cette encyclopédie, le focus sera ensuite déplacé sur une autre des auctoritates les plus utilisées du frère brabançon, le Physiologus. Dans ce contexte on observera dans quelle mesure Thomas utilise cette oeuvre, mais surtout où et comment il le fait; une attention particulière sera en outre accordée à deux aspects uniques de ce rapport, à savoir: 1) la démonstration de la version médiévale du Physiologus (A, B, B-Is, C, Y) utilisée par le frère de Cantimpré, et 2) la relation qu’il y a, dans le Ldnr, entre le traité de l’Antiquité tardive et deux autres ouvrages utilisés par le Brabançon, c’est-à-dire les Etymologies d’ Isidore de Séville et l’anonyme – et méconnu – Experimentator. La communication s’achèvera sur des considérations sur les raisons qui ont conduit Thomas de Cantimpré à copier cette importante œuvre de zoologie symbolique.

Barthélemy l’Anglais connaît-il le Physiologus ? État des lieux

Élisa LONATI

Résumé de la communication dans le cadre de la journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

Cette communication vise à illustrer la présence, faible, du Physiologus dans le De proprietatibus rerum (DPR), l’encyclopédie composée par Barthélémy l’Anglais autour de 1230-48 entre Paris et Magdebourg, comme vademecum de philosophie naturelle à l’usage des élèves du studium allemand. L’étude sur cette auctoritas bartholoméenne sera développée selon deux axes : le premier portera sur une analyse ponctuelle des passages du DPR empruntés au Physiologus (dont on donnera une édition critique provisoire), accompagnée de réflexions sur les raisons de ce « rôle discret » ; le second profitera de l’analyse précédente pour présenter quelques observations philologiques sur une partie de la tradition directe du DPR.

Tout d’abord, on s’appuiera sur les passages que le DPR attribue explicitement (tant selon l’édition de 1601 que selon les manuscrits vérifiés) au Physiologus, afin d’étudier le choix des informations et la fidélité à la source et de déterminer la version de cette dernière utilisée : il s’agira des sections XVIII viii De angue, xxxii De crocodilo, xliii De elephantibus, lxix De lupo, lxxvi De onagro, lxxx De panthera, xcv De sirena, ci De taxo. Ensuite seront examinés les contenus des extraits effectivement tirés du Physiologus, mais apparemment attribués à d’autres sources, comme Pline l’Ancien ; la raison de l’attribution erronée semble souvent reposer sur des confusions paléographiques concernant le nom de l’auctoritas. Le troisième type de présence du Physiologus, plus subtil, sera recherché dans les moralitates, c’est-à-dire les notes moralisatrices qui comblent les marges d’un bon nombre de manuscrits du DPR et que la critique considère aujourd’hui comme sûrement d’auteur. Mon but sera donc de vérifier : 1) si dans les chapitres étudiés les notes reprennent les suggestions symboliques du Physiologus ; 2) si ces dernières sont reconnaissables dans les notes concernant des sujets traités par le Physiologus, mais décrits par le DPR selon d’autres sources.

Après la section illustrative viendront les hypothèses, où on réfléchira sur les causes du faible intérêt de Barthélémy pour l’auctoritas concernée. La possibilité que l’auteur n’ait pas disposé d’un texte complet ou qu’il ait trouvé ses extraits dans des sources intermédiaires sera prise en compte, mais on évaluera surtout l’idée qu’il n’ait pas vraiment été intéressé par la plus grande partie des contenus du Physiologus, pour plusieurs raisons : de la divergence dans le choix des sujets, qui ne laisse à l’encyclopédiste qu’un nombre limité de notices à exploiter, jusqu’à un certain “vieillissement” du modèle, concentré sur des descriptions brèves, en partie répétitives par rapport à d’autres textes et “merveilleuses”, alors que Barthélémy se révèle peu passionné, parmi les encyclopédistes contemporains, par ce type de traitement.

Un espace mineur, mais important, va enfin être dédié à des sondages sur l’ample tradition manuscrite du DPR (200 manuscrits de la version standard, des dizaines de remaniements et un éventail énorme de réutilisations et traductions vulgaires), jusqu’ici objet du catalogue dressé par Heinz Meyer en 2000 et très partiellement exploitée dans la première édition critique du texte, publiée en 2007 par Brepols (livres I-IV et XVII). J’entends vérifier, pour les extraits du Physiologus, les observations faites pendant la préparation de mon mémoire de Master II pour les passages tirés par Pline l’Ancien, en illustrant sur la base d’une vingtaine de manuscrits : 1) l’existence d’un ancêtre commun de ces témoins et leur disposition sur deux branches ; 2) les sources et les modalités de travail de la main correctrice de l’un des deux manuscrits les plus anciens, provenant de la Sorbonne ; 3) l’existence d’un éventail de témoins qui partagent un “texte de base” sur lequel, seuls ou par petits groupes, ils ont développé des contaminations d’intensité variable, qui vont de l’importation de quelques leçons à une révision profonde et totale.