Archives de catégorie : Corpus et outils de recherche

Le ms. Lucca, Biblioteca Statale, 1966 contient l’encyclopédie du Ps.-John Folsham

Ps.-John Folsham, De natura rerum, c. De argento, Ms Lucca, Bibl. Statale 1966

 

Le contenu de ce manuscrit, acéphale, n’avait jusqu’ici pas été identifié. Il s’agit d’une copie datable, d’après l’écriture, du 13e siècle, ce qui en fait probablement le plus ancien témoin de l’encyclopédie attribuée (sans certitude), à John Folsham. Cette encyclopédie De natura rerum a été éditée par Dmitri Abramov dans sa thèse de doctorat (Hamburg, 2003) à partir des cinq manuscrits connus jusqu’ici, qui présentent deux versions assez différentes.

De premières investigations montrent que le manuscrit de Lucca semble aussi le plus complet et le plus exact pour ce qui concerne les marqueurs de citation (auctoritates), par rapport aux cinq autres manuscrits connus.

Une utilisation immédiate par Vincent de Beauvais parmi les « Libri de natura rerum »

Une information essentielle : le manuscrit présente la version la plus proche du De natura rerum utilisée par Vincent de Beauvais dans le Speculum naturale et dans le Speculum doctrinale c. 1250 sous le marqueur de source Liber de natura rerum. Sous cette référence, sont en majorité rassemblés par Vincent de ses frères des extraits d’une version du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, dans une version « auctoriale » intermédiaire entre ce que H. Boese a appelé les versions I et II (l’édition de M. Cipriani en cours devrait permettre d’en dire davantage). Mais on y trouve aussi quelques citations de l’encyclopédie du Ps.-John Folsham, quelques citations du De naturis rerum d’Alexandre Nequam, et l’une ou l’autre citation qui se trouvent également dans le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais.

Cette constatation montre à quel point les encyclopédies médiévales intègrent immédiatement l’information disponible. Dans le De natura rerum du Ps.-John Folsham, on trouve en effet des autorités aussi récentes que le commentateur Alfred de Shareshill et le traducteur Michel Scot, qui livrent diverses oeuvres de la philosophie naturelle d’Aristote traduites de l’arabe, mais aussi des citations  du savant Robert Grosseteste (m. 1253).

Comme le montre le feuillet présenté en illustration, cette encyclopédie est particulièrement riche en ce qui concerne la minéralogie et la zoologie.

Cette découverte fera l’objet d’un article qui présentera les contenus du ‘De natura rerum’ du Ps.-Folsham propres à ce manuscrit.

Isabelle Draelants et Mattia Cipriani prévoient par ailleurs un article sur la chronologie relative des encyclopédies naturelles contemporaines et leurs liens avec Albert le Grand dans la période 1230-1255.

L’intégration du texte de l’encyclopédie du Pseudo-John Folsham est prévue, à terme, dans le corpus SourcEncyMe.

Isabelle Draelants

 

Nouvelle édition, en ligne, des versions auctoriales du « Liber de natura rerum » de Thomas de Cantimpré

Liber de natura rerum, Ms. London, British Libr., Harley 3717, f. 1r

Le projet SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies Médiévales) progresse!

Page de consultation du Liber de natura rerum sur SourcEncyMe

Nous avons le plaisir de vous annoncer deux grandes avancées de ce corpus latin dont l’objectif est la caractérisation du patrimoine intellectuel des encyclopédies médiévales par l’identification de leurs sources :

La mise en ligne des versions « auctoriales » du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré
(c’est-à-dire les stades de rédaction de l’encyclopédie que H. Boese avait édité comme « versions I et II »), sous la forme d’une nouvelle édition critique par Mattia Cipriani. Cette édition distingue quatre stades de rédaction d’auteur, d’après quatre manuscrits principaux.

Liber de natura rerum, Ms Brugge, Stadbibl. 410, f. 4v

Lidentification complète de toutes les sources du Liber de natura rerum,
c’est-à-dire près de 170 sources différentes, principalement de philosophie naturelle et de médecine, mises en œuvre par le compilateur pour la rédaction de son encyclopédie. Ses interventions d’auteur ont également été mises en évidence par le travail de M. Cipriani. Ce travail d’identification porte à retarder la datation de la rédaction du Liber jusqu’aux années 1250.

Liber de natura rerum, Ms. London, British Libr., Harley 3717, f. 2r

Ce travail a été réalisé durant un séjour post-doctoral financé par le LabEx Hastec à l’Atelier Vincent de Beauvais, au sein de l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris, sous la supervision d’Isabelle Draelants.

NB : Le texte de ces versions du Liber de natura rerum fera encore l’objet de modifications, légères, du point de vue de certains choix de leçons critiques, de la ponctuation et de la mise en évidence de certains ajouts de la main du compilateur, avant la publication de l’édition critique définitve. En outre, il arrive que les éditions utilisées pour l’identification de certaines sources ne soient pas toujours les éditions de référence, mais les renvois aux éditions de référence pour chaque source y seront substituées peu à peu pour correspondre à celles qui seront utilisées pour l’apparat de l’édition critique définitive.

Le site SourcEncyMe donne également accès à la version tardive « Thomas III. » de l’encyclopédie naturelle de Thomas de Cantimpré, dans le texte critique établi avant 1993 par K. Vollmann et H. Hünemörder.
Après la reprise de ce travail, l’édition définitive de cette version par Rudolf K. Wiegand, J. Deus et H. Ulmschneider vient de paraître chez Reichert (coll. Wissensliteratur im Mittelalter, 54.1). 

Journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

Physiologus de Bern

Bern, Bürgerbibl., Cod. 318

14 juin 2017 à l’Institut de recherche et d’histoire des textes,
dans le cadre du projet SourcEncyMe
et de la réunion du Groupe de recherche international Zoomathia.

Org. Isabelle Draelants

9h45 – 12h30 L’utilisation du Physiologus dans les encyclopédies médiévales – Communications

Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 53, f. 1.

Introduction – Accueil
Isabelle Draelants : Les progrès du corpus SourcEncyMe (Sources des encyclopédies médiévales – corpus annoté)

10h15 Emmanuelle Kuhry : le Physiologus dans les Recueils de propriétés (c. 1230-40) [résumé]
10h45 Mattia Cipriani : le Physiologus chez Thomas de Cantimpré (c. 1240-50) [résumé]

11h15-11h30 : Pause

11h30 Elisa Lonati : Barthélemy l’Anglais connaît-il le Physiologus ? Etat des lieux [résumé]
12h00 Beatrice Amelotti : Le Physiologus et les sources zoologiques dans la Summa de exemplis et similitudinibus rerum de Giovanni da San Geminiano (avant 1317) [résumé]

12h30 : Buffet à l’IRHT

13h45-18h00 Bilan et prospective du Groupe de recherche international (GDRI) Zoomathia, Zoomathia Annual Meeting 2017

Org. Zoomathia – A. Zucker

13h45 Overview on Zoomathia activites in 2017 – Major achievements of the program (2014-2017)

14h15 Miled Rousset, New functionalities of Opentheso : Enriching and Sharing Repositories
14h45 Mathieu Saby, Constructing a Searchable Corpus on Ancient Zoology
15h15 Eduard Frunzeanu, History of Texts and Interoperability of Metadata : Some Challenges of Biblissima Project
15h45 Pietro Li Causi, The Palermo Experience (Secondary School Annotation of a Zoological Text)

16h10-16h30 Pause

16h30 Emmanuelle Kuhry, Physiologus Project on Stemmatology. Results and Perspectives
17h00 Matthias Macé, Trying to Modelling Historical Data on Horse Diversity: First Attempts Using Fourier Transform
17h30 Thierry Buquet, New Developments of ICHTYA Project and Collaboration with Biologists

18h00-18h30 Information on Renewal request for Zoomathia – Perspectives and General discussion

Dîner au Quartier Latin

SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies Médiévales)

Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 53, f. 1.

Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 53, f. 1.

La compilation scientifique et philosophique dans les encyclopédies latines médiévales : Textes et sources – Constitution d’un corpus annoté en ligne des encyclopédies médiévales latines

Le programme SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies diévales) est consacré à l’histoire de la transmission des textes grecs, arabes et latins de la pensée philosophique/scientifique, théologique et historique véhiculées dans les compilations encyclopédiques latines au XIIIe siècle et au-delà. Continuer la lecture