Archives de catégorie : Actualités

Appel à contributions – Revue RursuSpicae (pour octobre 2022)

L’entomologie savante – Scholarly entomology

N°8 RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture des textes, de l’Antiquité au Moyen Âge

Même avant l’invention, décisive à leur égard, du microscope, les insectes et autres arthropodes ont fait l’objet d’une attention et d’une vigilance parfois remarquables dans la littérature philosophico-scientifique. Si les œuvres médicales antiques et médiévales les réduisaient quasiment au statut de nuisibles, Aristote se penche sur leurs modes de génération, leurs métamorphoses, le régime et le comportement social de certains d’entre eux et tente de concevoir leur cohérence anatomique et de limiter leur disparate. Car « chez absolument tous les animaux il y a quelque chose de naturel, c’est-à-dire de beau » (Aristote, PA 645a22-3). Pline, quatre siècles plus tard, sur la base des travaux grecs, leur consacre un livre entier (11) de son Histoire naturelle. Les insecta, minutae ou vermes, desservis par leur taille et leur apparente inutilité ou nocivité, semblent un monde pauvre et réduit à quelques genres vedettes, que la symbolique « épingle » régulièrement, depuis les épopées bibliques ou homériques jusqu’aux bestiaires et commentaires de la tradition du Physiologus. Les encyclopédistes du « siècle d’or » (1180-1260) semblent renouer avec un intérêt extensif pour la nature incluant les insectes qu’ils cataloguent et scrutent parfois avec une attention nouvelle. Ce numéro entend mettre l’accent sur les humbles et les sans grades de la faune antique et médiévale, à travers à la fois les savoirs et les usages auxquels ils donnent lieu et développement.

 Les contributions pour ce numéro thématique envoyées à la rédaction de RursuSpicae feront l’objet d’une évaluation par peer-review.

Even before the invention of the microscope, which was decisive in their case, insects and other arthropods received attention and vigilance in the philosophico-scientific literature, sometimes in a remarkable way. While ancient and medieval medical works reduced them almost to the status of pests, Aristotle examined their modes of generation, their metamorphoses, the diet and social behavior of some of them and tried to understand their anatomical coherence and to limit their disparity. For « in absolutely all animals there is something natural, that is to say, beautiful » (Aristotle, PA 645a22-3). Four centuries later, Pliny in his Natural History, devoted an entire book (11) to them, on the basis of Greek works. The insecta, minutae or vermes, underserved by their size and their apparent uselessness or harmfulness, seem to be a poor world, reduced to a few leading genera, which symbolism regularly « pins down », from the biblical or Homeric epics to the bestiaries and commentaries of the Physiologus tradition. The encyclopedists of the « Golden Age » (1180-1260) seem to have renewed an extensive interest in nature, including insects. They sometimes catalogue and scrutinize them with a new attention. Through both the knowledge and the uses to which they give rise and develop, this issue intends to focus on the humble and the lowly of ancient and medieval fauna.

Contributions for this issue sent to the editorial staff of RursuSpicae will be peer-reviewed.

Appel à contributions – Revue RursuSpicae (pour octobre 2022)

Traductions de savoirs de type encyclopédique – Translations of Encyclopaedic-type Scientific texts

N° 7 RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture des textes, de l’Antiquité au Moyen Âge

La transmission des connaissances s’opère à la fois dans le temps et par l’espace. Les rencontres culturelles sont un accélérateur de mutations culturelles, et les traducteurs jouent, dans cette opération, un rôle capital. On sait l’impact considérable qu’eurent au Moyen Age les traductions arabes puis latines des textes grecs, mais on ne peut réduire ces échanges à un ou deux vecteurs de transmission : toutes les langues et cultures anciennes bénéficièrent, pour prix de leur hospitalité linguistique, des apports des autres littératures (persane, arabe, hébraïque, démotique, grecque, latine… et les langues vernaculaires latines, germaniques ou slaves). Ce numéro entend mettre l’accent sur les enjeux linguistiques et culturels de ce service de traduction et de mutation savante, à travers des formes variées, des lexiques bilingues techniques aux traductions ou adaptations de traités scientifiques.

Les contributions pour ce numéro thématique envoyées à la rédaction de RursuSpicae feront l’objet d’une évaluation par peer-review.

The transmission of knowledge takes place both in time and space. Cultural encounters are a force for cultural change, and translators play a crucial role in this operation. We know the considerable impact that Arabic and then Latin translations of Greek texts had in the Middle Ages, but we cannot reduce these exchanges to one or two channels of transmission: all ancient languages and cultures benefited from the contributions of other literatures (Persian, Arabic, Hebrew, Demotic, Greek, Latin… and the Latin, Germanic or Slavic vernacular languages) as a reward for their linguistic hospitality. This issue intends to emphasize the linguistic and cultural issues of this service of translation and learned mutation which take various forms, from technical bilingual lexicons to translations or adaptations of scientific treatises.

Contributions for this issue sent to the editorial staff of RursuSpicae will be peer-reviewed.

Appel à contributions – Revue RursuSpicae (pour octobre 2021)

Encyclopédies mythographiques – Mythographical encyclopaedias

n°5 RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture des textes, de l’Antiquité au Moyen Âge

La Renaissance se caractérise par une efflorescence de textes encyclopédiques dans tous les domaines, bien au-delà de la tradition naturaliste. Ces sommes savantes, qui souvent reposent sur des strates récentes de savoirs anciens proposent un tour d’horizon détaillé, parfois commenté, et souvent critique des connaissances. La tradition mythologique, une des charnières sensibles durant l’Antiquité et le Moyen Age entre culture antique et dogme chrétien, constitue un territoire propice pour rassembler sur l’homme, le monde, Dieu et l’histoire un ensemble de récits et de trames profondes. Ce numéro proposera des études sur les ouvrages extensifs de type mythographique, vecteurs de savoirs multiples, de l’Antiquité à la Renaissance : Fabulae du Pseudo-Hygin ou de Fulgence, Commentaires de Servius, Ovide moralisé, Fabularius de Conrad de Mure, Généalogie des dieux de Boccace, manuscrits tels les « mythographes du Vatican », Violarium de Pseudo-Eudocie…

Les contributions pour ce numéro thématique envoyées à la rédaction de RursuSpicae feront l’objet d’une évaluation par peer-review.

Mythographical encyclopaedias

Far beyond the naturalist tradition, the Renaissance is characterised by a blooming of encyclopaedic texts in all fields.  Such scholarly sums, often based on recent layers of ancient knowledge, offer a detailed, sometimes commented, and often critical overview of knowledge. In this respect, mythological tradition is one of the sensitive bridges between ancient culture and Christian dogma during Antiquity and the Middle Ages, and constitutes a favourable ground for gathering a set of profound stories and patterns on man, the world, God and history.  This issue will focus on extensive works of mythographic type that convey multifaceted knowledge, from Antiquity to the Renaissance: Fabulae of Pseudo-Hyginus or Fulgence, Commentaries by Servius, Ovid moralized, the Fabularius of Conrad de Mure, the Genealogy of the gods by Boccaccio’s Genealogia Deorum Gentilium, manuscripts such as the « mythographers of the Vatican », the Violarium of Pseudo-Eudocia…

Contributions for this issue sent to the editorial staff of RursuSpicae will be peer-reviewed.

Appel à contributions – Revue RursuSpicae (pour mai 2022)

Physiologus

N°6 RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture des textes, de l’Antiquité au Moyen Âge

le Physiologus est un palais littéraire à plusieurs portes, à multiples appartements, et à dépendances si nombreuses et réticulées qu’elles se prolongent sur l’ensemble de la littérature naturaliste et moraliste du Moyen-Age. La vigueur des recherches et des études récentes sur ce texte matriciel invite à proposer un second numéro, portant aussi bien sur de nouvelles découvertes manuscrites que sur des perspectives originales ou des analyses systématiques de certains pans de cette tradition.

Les contributions pour ce numéro thématique envoyées à la rédaction de RursuSpicae feront l’objet d’une évaluation par peer-review.

The Physiologus is a literary palace with several doors, multiple apartments, and so numerous and interconnected outbuildings that it spands the whole of medieval naturalist and moralising literature. The vitality of recent research and studies on this foundational text invites us to propose a second issue, dealing with new manuscript discoveries as well as with original approaches or systematic investigations of certain parts of this tradition.

 Contributions for this issue sent to the editorial staff of RursuSpicae will be peer-reviewed.

Appel à contribution – Revue RursuSpicae (pour mai 2021)

Au-delà des encyclopédies canoniques : parents atypiques, enfants rares – Beyond standard encyclopedias : untypical models and original offspring

N° 4 RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture des textes, de l’Antiquité au Moyen Âge

Plusieurs compilations du savoir du XIIIe siècle ont bénéficié, à partir de la fin des années 1970, d’un travail d’analyse et d’une reconnaissance qui les ont fait entrer dans le canon des « encyclopédies », en particulier celles d’Alexandre Nequam, de Thomas de Cantimpré, de Barthélemy l’Anglais et de Vincent de Beauvais ; leurs « produits dérivés » recompilés ou moralisés dans les derniers siècles du Moyen âge, sont désormais assez bien connus eux aussi, et les premiers balbutiements de l’« âge d’or des encyclopédies » furent reconnus chez Honorius Augustodunensis, Daniel de Morley, Grégoire de Montesacro, etc.  Ce numéro de RursuSpicae voudrait ouvrir le champ sur d’autres œuvres encyclopédiques, peu étudiées ou plus confidentielles. Car le regard des chercheurs s’est depuis peu porté au-delà de ce premier cercle restreint d’encyclopédies très diffusées, et de ses répliques, pour se poser sur des compilations sur la nature parfois moins typiques, qui furent les sources immédiates des encyclopédies de « l’âge d’or » ; diverses compilations naturalistes, philosophiques ou lexicales émergent peu à peu de la poussière des manuscrits ; on a même sorti de l’ombre un type de source insoupçonné ou de prototype négligé que sont les « recueils de propriétés » ; on a mis au jour des gloses organisées qui constituent les premiers commentaires aux philosophi moderni et ont nourri le savoir encyclopédique du premier cercle. Pour faire émerger de nouvelles découvertes sur la naissance d’un genre médiéval et sa contribution à la diffusion de la science de son temps, il est nécessaire d’approfondir toutes ces nouvelles pistes, d’étendre aussi les investigations aux encyclopédies de la fin du 12e siècle et du début du 13e siècle en partie ou complètement inédites, parfois conservées en un seul exemplaire, ou aux compilations hybridées avec le commentaire exégétique ou l’ouvrage lexicologique.

Les contributions sur ce thème envoyées à la rédaction de RursuSpicae feront l’objet d’une évaluation par peer-review.

Several compilations of knowledge of the 13th century have benefited, from the end of the 1970s onwards, from numerous studies and gained a recognition that has made them part of the canon of « encyclopedias », in particular those of Alexander Nequam, Thomas of Cantimpré, Bartholomaeus Anglicus and Vincent of Beauvais. Some derivatives works, recompiled or moralized in the last centuries of the Middle Ages, are now quite well known as well. The works of Honorius Augustodunensis, Daniel de Morley, Grégoire de Montesacro, etc. are yet seen as the early days of the « Golden Age of encyclopedias ». This issue of RursuSpicae would like to open the field to less known aspects of these encyclopaedia or to other encyclopaedic works, less studied or more confidential. For the gaze of researchers has recently moved beyond this first restricted circle of widely distributed encyclopedias and their replicas, to focus on compilations on Nature that are sometimes less typical, which were the immediate sources of the encyclopaedias of the « Golden Age »; various naturalistic, philosophical or lexical compilations gradually emerged from the dust of the manuscripts; an unsuspected type of source —if not a neglected prototype—, namely the “collections of properties », was brought to light; series of organized glosses were unearthed that constituted the first commentaries to the philosophi moderni and nourished the encyclopaedic knowledge of the first circle. In order to make new discoveries about the birth of a medieval genre and its contribution to the diffusion of the science of its time, it is necessary to deepen all these new avenues, to extend the investigations to encyclopaedias of the late 12th and early 13th centuries, partly or completely unpublished, sometimes preserved in a single copy, or to compilations hybridized with exegetical commentaries or lexicological works.

Contributions for this issue sent to the editorial staff of RursuSpicae will be peer-reviewed.

Parution : RursuSpicae n°3, 2020 : La conversation des encyclopédistes – The Scholarly Conversation between Encyclopaedists

Un nouveau numéro thématique de la revue RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture de textes, de l’Antiquité au Moyen Âge, est paru. Il porte sur les échanges entre encyclopédistes médiévaux. 

Au sommaire de La conversation des encyclopédistes

Pour rappel, les revues Rursus (Poïétique, réception et réécriture de textes antiques) et Spicae (Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais) ont fusionné en 2016. 

Le livre III « De plantis » du « Compendium philosophiae » ajouté au corpus SourcEncyMe

Le corpus des encyclopédies médiévales SourcEncyMe (Sources des Encylopédies Médiévales) compte désormais un nouveau texte mis en ligne: l’édition critique, effectuée par Emmanuelle Kuhry, du livre III sur les plantes de la Compilatio de libris naturalibus Aristotilis et aliorum quorumdam philosophorum de rerum natura, appelé couramment Compendium philosophiae. Cette encyclopédie, qui s’assimile à une sorte de commentaire suivi des livres aristotéliciens, et fait grand usage des toutes premières gloses sur les Libri naturales d’Aristote, est restée en grande partie inédite suite à l’étude que lui avait consacré en 1936 Michel De Bouärd (qui en avait édité environ un septième). Emmanuelle Kuhry lui a consacré sa thèse de doctorat (janv. 2014), en mettant au jour les quatre versions du texte, deux longues et deux courtes, toutes bien diffusées en milieu cistercien dès le milieu du XIIIe siècle. 

Cf. E. Kuhry, « La tradition textuelle du Compendium philosophie : une illustration des échanges culturels dans le monde monastique anglais », Tabularia, sources de la Normandie médiévale, « Études », 14, 2014, p. 235-270. 
E. Kuhry, « Les différentes versions du Compendium philosophie ou Compilatio de libris naturalibus Aristotelis, une encyclopédie du XIIIe siècle », Spicæ, Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais, Nouvelle série, 1, 2011, p. 51-77.

D’autres livres de la Compilatio de libris naturalibus viendront s’ajouter au corpus SourcEncyMe, qui vise à identifier les sources des encyclopédies latines médiévales. Le livre III De plantis verra ainsi bientôt ses sources identifiées. Pour la presque totalité, il s’agit de passage du « De plantis » pseudo-aristotélicien attribué à Nicolas de Damas.

Cf. « The Compilatio de libris naturabilus Aristotelis (Compendium philosophie): Evidence for the Early Reception of the Glossa anglicana and of Adam of Buckfield’s Commentaries », Recherches de Théologie et de Philosophie Médiévales86, 2, 2019, p. 283-313.

Colloque Partage d’espèces, partage de savoirs : la circulation des animaux entre Orient et Occident (XIIe – XVIe siècles) – APPEL à COMMUNICATIONS

De part et d’autre du bassin méditerranéen les animaux et le savoir zoologique ont fait l’objet
d’une intense circulation au Moyen Age. Les traducteurs syriaques et arabes ont pris en main avec acribie le corpus zoologique aristotélicien, qui a donné lieu à des traductions, puis des commentaires et résumés arabes. La version arabe des traités du Stagirite a fait l’objet, à son tour, d’un transfert en sens inverse, par le biais de traductions latines à l’orée du XIIIe siècle. Mais bien d’autres types de textes « animaliers » ont connu une fortune partagée : on pense aux traités de chasse, aux textes agronomiques et vétérinaires, aux fables, aux écrits médicaux ou magiques faisant place aux animaux, à certaines formes de bestiaires, etc.
D’autre part, les contacts directs qui se nouaient à l’occasion de voyages et de pèlerinages, ou par les échanges commerciaux ou diplomatiques entre cours, ont conduit à la fois à des transferts d’animaux ou de produits naturels et artistiques et à la rédaction de récits par des auteurs curieux de naturalia.
L’objet de ce colloque est de mettre en valeur cette circulation et cet import-export de savoirs et
de produits naturels et figurés entre l’Orient et l’Occident ainsi que le partage de pratiques et de
représentations. Il est organisé en étroite relation avec le réseau Zoomathia et l’ERC PhilAnd.

Le colloque se déroulera sur deux jours, les vendredi 19 et samedi 20 Novembre 2020, à
l’Université catholique de Louvain (institut INCAL). Les communications sont limitées à vingt minutes et donneront lieu à des échanges dans la foulée. Les langues de communication seront de préférence le français ou l’anglais.
Une publication des textes n’est pas prévue à ce stade de la programmation.

Les réponses à cet appel à communication sont attendues pour le 31 mars 2020. Elles comprendront un titre de communication et un bref résumé, de dix à quinze lignes, en français ou en anglais. Le programme sera fixé dès que possible après cette échéance. Merci d’adresser votre proposition à l’adresse mail suivante : baudouin.vandenabeele@uclouvain.be

Organisation du colloque :
Groupe de recherche international Zoomathia 
Baudouin VAN DEN ABEELE, Godefroid DE CALLATAŸ, Antonella
SCIANCALEPORE, Meyssa BENSAAD, Arnaud ZUCKER

Le « Physiologus. Manuscrits anciens et tradition médiévale ». Nouveau numéro de « RursuSpicae »

Un nouveau numéro de RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture de textes, de l’Antiquité au Moyen Âge (s. dir. I. Draelants et A. Zucker) est paru en décembre 2019. Il est consacré au Physiologus

Vous y trouverez les articles de :

Emmanuelle Kuhry
Overview of the Manuscripts and New Resources for the Study of the Manucript Tradition of the Latin Physiologus
Adele Di Lorenzo
The Manuscript Tradition of the Greek Physiologus According to the Manuscripts Preserved in France and in Italy: some Considerations for a Comparative Study
Stavros Lazaris
The Dialogue Between Text and Images in the Physiologus from Sofia (Dujčev gr. 297): the Case of the Echidna
Françoise Lecocq
The Phoenix in the Byzantine Physiologus by Pseudo-Epiphanius and in the Vienna Physiologus : a Textual Mistake and an Etymological Interpretation
Jacqueline Leclercq-Marx
An Exemplary Transposition: The Relationship between Text and Image in The Brussels Physiologus (MS KBR 1066-77; Meuse, end of the tenth century?)
Thierry Buquet
De Proprietatibus Quorundam Animalium : a Bestiary in the ms. 28 of Avranches Library
Mattia Cipriani
The Physiologus in Thomas de Cantimpré’s Liber de Natura Rerum
Le Physiologus dans le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré
Elisa Lonati
Did Bartholomew the Englishman know the Physiologus? A Survey
Beatrice Amelotti
Notes sur une source mineure du Liber de exemplis et similitudinibus rerum de Giovanni da San Gimignano : le Physiologus
Some notes on a minor source of Giovanni da San Gimignano’s Liber de exemplis et similitudinibus rerum: the Physiologus
Lucía Orsanic
The Basilisk, from the Bestiary to the Spanish Book of Chivalries. The Case of Palmerín de Olivia (Salamanca, Juan de Porras, 1511)
Le basilic, du bestiaire au livre de chevalerie castillan. Autour de Palmerín de Olivia (Salamanca, Juan de Porras, 1511)

Atelier de traduction de textes scientifiques médiévaux

Minuta, vermes, annulosa, reptilia : Vermine et insectes dans la littérature latine médiévale sur la nature

Ms. London, BL, Harley, 3244, f. 64r, Types de Vermes

L’Atelier de traduction de textes scientifiques latins médiévaux organisé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes porte en 2020-2021 sur Les insectes et la vermine dans la littérature latine médiévale sur la nature : minuta, vermes, annulosa, reptilia.

Les séances consistent en travail en commun autour d’un dossier de textes choisis ; divers insectes seront traités successivement. Les étudiants comme les chercheurs confirmés en histoire, philologie sont les bienvenus.

Les séances ont lieu, pour l’instant à distance (vidéo), deux jeudis par mois, de 14h à 16h. Elles reprendront ensuite à l’Institut de recherche et d’histoire des textes, au Campus Condorcet à Aubervilliers, 14, cours des humanités, Bâtiment de recherche Nord, 2e étage, salle 2.001 (Métro « Front Populaire », ligne 12 ou RER Stade de France).

Séances : 24 septembre 2020, 8 octobre ; 29 octobre, 12 novembre, 26 novembre, 17 décembre; 14 janvier 2021, 28 janvier, 25 février, 18 mars (autres dates à venir). Ceux qui désirent prendre part à l’atelier sont invités à contacter Isabelle Draelants. Le calendrier est susceptible d’être aménagé avec leur accord. 

Vous êtes en outre invités à assister, le 1er avril 2021, à la séance de séminaire « Les insectes chez les encyclopédistes médiévaux : nouvel engouement et mémoire des Anciens »(par Isabelle Draelants), dans le cadre du séminaire « Mémoire et encyclopédies » de Joëlle Ducos (Paris-IV Sorbonne). Ce séminaire entre dans le cadre du projet SourcEncyMe soutenu par le LabEx Hastec.

Konrad von Megenberg, Buch der Natur, Ms. Heidelberg, Universitätsbibl., Pal. germ. 311, f. 189v.

 

Les textes latins choisis, édités ou inédits étudiés dans l’atelier de traduction sont tirés de textes patristiques et théologiques (ex : Pierre Comestor), de commentaires philosophiques (ex : Albert le Grand) et d’encyclopédies ou de traités sur la nature (Opusculum de naturis animalium, Thomas de Cantimpré, Experimentator, Michel Scot, Arnold de Saxe, Barthélemy l’Anglais, Vincent de Beauvais, Marcus d’Orvieto, Geoffroy de Franconie, Juan Gil de Zamora, etc.) qui eux-mêmes citent des sources qui seront identifiées (Aristote, la Bible, Pline, Augustin, Isidore de Séville, Constantin l’Africain, Avicenne…). L’objectif principal de l’atelier est de former un corpus traduit de référence des textes sur les insectes et d’en identifier les sources intellectuelles et littéraires.

Quelques titres : 

*Dominik Berrens, Soziale Insekten in der Antike: Ein Beitrag zu Naturkonzepten in der griechisch-römischen Kultur, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2018 (Hypomnemata).
*Franck Collard, Evelyne Samama, éd., Poux, puces et punaises : la vermine de l’homme. Découverte, description et thérapeutique. Antiquité, Moyen âge, Temps Modernes, Paris, 2015.
*Ciccarese, Maria Pia, Animali simbolici. Alle origini del bestiario cristiano, t. 1 : Agnello-gufo ; t. 2 : Leone-zanzara, Bologna, Edizioni Dehoniane, 2002-2007 (Biblioteca Patristica, 39 et 44) [avec les extraits en grec ou latin et la traduction italienne].
*Jérémy Delmulle, Sur une acception médiévale du lat. locusta désignant une herbe sauvage comestible, in Archivum Laztinitatis medii Aevi, 74, 2016, p. 67-87.
*J. Delmulle, Le repas de Jean Baptiste au désert : sauterelles, crevettes ou écrevisses ? Un petit texte exégétique inédit du Xe siècle, in Archivum Latinitatis medii Aevi, 73, 2015, p. 149-177.
*Brian W. Ogilvie, Beasts, Birds, and Insects. Folkbiology and Early Modern Classification of Insects, in Kaspar von Greyerz – Silvia Flubacher – Philipp Senn, éd., Wissenschaftsgeschichte und Geschichte des Wissens im Dialog – Connecting Science and Knowledge, p. 295-316.
*Marilena Panarelli, La classification des abeilles, de l’Antiquité au début de l’ère moderne, in A. Brémont, Y. Boudes, S. Thuault, M. Ben Saad, éd., Appréhender les catégories zoologiques dans les sociétés du passé. Anthropozoologica, 55 (13), 2020, p. 187-198. https://doi.org/10.5252/anthropozoologica2020v55a13http://anthropozoologica.com/55/13
*Magde Van der Lugt, Le ver, le démon et la Vierge : les théories médiévales de la génération extraordinaire ; une étude sur les rapports entre théologie, philosophie naturelle et médecin, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

Voir aussi, sur Menestrel.fr, la page de Anne-Sophie Traîneau-Durozoy, sur « Jonas et le ver »