Bibliographie critique sur les lapidaires médiévaux

BAILEY, K.C., The Elder Pliny’s Chapters on Chemical Subjects, London, E. Arnold & Co., 1929.

BAISIER, L., The ‘Lapidaire Chrétien’, its Composition, its Influence, its Sources, Washington, 1936 (Dissertation… for the Degree of Doctor of Philosophy).

BALL, Sydney H., A Roman Book on Precious Stones, Including an English Modernization of the 37th Booke of the Historie of the World by C. Plinius Secundus, Los Angeles, 1950.

Le Bestiaire, le Lapidaire, La Flore. Actes du Colloque international, Université McGill, Montréal, 7-8-9 octobre 2002, Montréal, 2004.

BORST, A., Wie kam die arabische Steinkunde ins Kloster Reichenau ?, Konstanz, 1988 (Konstanzer Universitätsreden, 169).

BOS, Gerrit – ZWINK, Julia, éd., Se er o’a ha-avanim (On the Virtue of the Stones): Hebrew Text and English Translation, in Berakhyah ben Natronai ha-Nakdan, Leiden, Brill, 2010. [Texte lié à la traduction en hébreu du lapidaire de Marbode en ancien français].

CAMPANALE, Maria I., L’Aristotele arabo ritrovato e il ‘De mineralibus’ di Avicenna, in Invigilata lucernis, 30, 2008, p. 53-72.

CANNELLA, A.-F., Gemmes, verre coloré, fausses pierres précieuses au Moyen Âge, le quatrième livre du Trésorier de Philosophie naturelle des pierres précieuses de Jean d’Outremeuse, Genève, 2006.

CHERUBINI, Paolo, Lapidari, virtù terapeutiche di pietre piante e animali, scongiuri in un codice medio-alchemico tardo-medievale a Palermo, in Pan, 18-19, 2001, p. 101-145.

CLOSS, A., Die Steinbücher in kulturhistorischer Überschau, in Graz Landesmuseum Joanneum Mineralogisches Mitteilungsblatt, 8, 1958, p. 1-34. [Aperçu sur les lapidaires d’Europe, Islam, Orient, pour le 1er millénaire, jusqu’au 11e s.]

DE MÉLY, Fernand, Le lapidaire d’Aristote, in Revue des études grecques, 7, 1894, p. 181-191. [Critique dans RUSKA, Steinbuch, p. 47-50].

DE MÉLY, Fernand, Les reliques du lait de la Vierge et la galactite, in Revue Archéologique, 15, 1890, p. 103-116.

DE MÉLY, Fernand – COUREL, H., Les lapidaires grecs dans la littérature arabe du Moyen Age, in Revue de philologie, 17, 1893, p. 63.

DE MÉLY, Fernand – RUELLE, C.E., Les lapidaires de l’Antiquité et du Moyen Age, 2 et 3, Paris, 1898 et 1902. [Avec reproduction d’éditions antérieures et traduction des lapidaires, basées sur l’édition d’E. Abel de Damigéron et du lapidaire orphique]

DEPREZ-MASSON, M.-C., Technique, mot et image. Le De re metallica d’Agricola, Brepols, Turnhout, 2006 (De diversis artibus, 75).

DIMAN, R.C. – WINGET, L.W., ed., Alfonso El Sabio Lapidario and Libro de las formas & ymagenes, Madison, 1980.

DI VENOSA, Elena, Die deutschen Steinbücher des Mittelalters : Magische und medizinische Einb licke in die Welt der Steine, Göppingen, 2005.

DRAELANTS, I., Encyclopédies et lapidaires médiévaux : la durable autorité d’Isidore de Séville et de ses Etymologies, in Cahiers de Recherches Médiévales, 16 : La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen Âge tardi (XIIe-XVe siècle), s. dir. J. ELFASSI – B. RIBÉMONT, 2008, p. 39-93. http://crm.revues.org/index10682.html

DRAELANTS, I., La science encyclopédique des pierres au 13e siècle : l’apogée d’une veine minéralogique, in Cl. THOMASSET – J. DUCOS – J.-P. CHAMBON, éd., Aux origines de la géologie de l’Antiquité au Moyen Âge. Actes du colloque international 10-12 mars 2005, Paris Sorbonne (Paris IV), Paris, Champion, 2010, p. 91-139.

DUCOS, J., La météorologie en rançais. Réception des Météorologiques d’Aristote (XIIIe et XIVe siècles), Thèse de doctorat présentée sous la direction de Cl. Thomasset, Univ. de Paris IV -Sorbonne, [1993].

DUCOS, J., La météorologie en français au Moyen Âge (XIII-XIVe siècles), Genève-Paris, 1998 (Science, technique et civilisations au Moyen Âge à l’aube des lumières).

DUDA, R. – LUBOS, R. – BARIAND, P. – SLIVKA, D., De grote encyclopedie der mineralen, 1987.

FEÁNS LANDEIRA, JOSÉ, Los lapidarios de Isidoro de Sevilla y Bartolomé Ánglico, in Actas. III Congreso Hispánico de Latín Medieval. León, 26-29 Sept. 2001, cur. Maurilio Pérez González, León, Universidad de León, 2002, p. 127-39. [Comparaison des lapidaires d’Isidore de Séville et de Barthélémy l’Anglais. Montre que Barthélemy introduit des lapidaires plus modernes, comme celui de Marbode, et celui de Damigéron. Donne un catalogue des éditions du De proprietatibus rerum disponibles en Espagne. Compare le traitement des pierres chez Isidore, Barthélemy et Juan Gil de Zamora]

FERY-HUE, F., La description de la pierre précieuse au Moyen Âge : encyclopédies, lapidaires et textes littéraires, in Bien dire et bien aprendre, n° 11, 1993, La description au Moyen Âge, p. 147-176.

FERY-HUE, F., Lapidaires, in Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Age, Paris, 2e éd., 1992, p. 919-921.

FERY-HUE, F., Présences animales et végétales dans les lapidaires en moyen-français, in Le Moyen Français, 55-56, 2005, p. 107-128.

FERY-HUE, F., Sydrac et les pierres précieuses, in Revue d’histoire des textes, 1988, 28, p. 93-181. [Sydrac est composé après 1268 en français ; le lapidaire de 24 pierres s’inspire en partie de la 2e version en prose anglo-normande du De gemmis de Marbode ; respecte l’ordre des 12 pierres du Rational d’Aaron dans la Bible (Exode, 28, 17-21) ; le paradoxe est d’adopter un ordre « chrétien » pour un texte qui ne fournit aucune interprétation mystique ou symbolique des pierres mais se contente d’en détailler les aspects minéralogiques (éventuellement légendaires) et les propriétés « médicales » (p. 98) ; l’art. porte sur la classification des manuscrits de l’encyclopédie (version courte, version longue) en fonction de l’ordre adopté pour les pierres ; 3 familles de manuscrits ; double article pour « onyx » ; dissociation jargonce/balais à la fin du 13e s.]

FERY-HUE, F., Une version remaniée du ‘Lapidaire chrétien en vers’ : le manuscrit Paris, Bibl. nat., Nouv. acq. fr. 11678, in Romania, 107, n°427, 1986, p. 92-103.

FREUDENTHAL, Gad – MANDOSIO, Jean-Marc, Old French into Hebrew in Twelfth-Century Tsar at: Medieval Hebrew Versions o Marbode’s Lapidary, in Aleph, t. 14(1), 2014, p. 11-187.

FRIES, A., Werke Alberts des Grossen als Quellen der Summa philosophiae unter dem Namen des Robert, in Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 10, 1963, p. 257-290.

FRIESS, Gerda, Edelsteine im Mittelalter. Wandel und Kontinuität in ihrer Bedeutung durch zwölf Jahrhunderte (in Aberglauben, Medizin, Theologie und Goldschmiedekunst), Gestenberg Verlag, Hildesheim, 1980. [Surtout 17 pierres précieuses bibliques. Albert le Grand n’est pas mentionné. Bon nombre de lapidaires sont cités à travers les éditions dépassées de De Mély. Toute la 2e partie du livre est consacrée aux propriétés des pierres d’après leurs sources, mais les sources sont consultées à travers de vieilles compilations, comme Ruska pour les sources arabes].

FÜHNER, H., Lithotherapie. Historische Studien über die medizinische Verwendung der Edelsteine, Berlin, 1902, réimpr. Ulm o. J., [1956].

GAILLARD‑SEUX, P., Le “sang de basilic” chez Pline l’Ancien (N. H., XXIX, 66) : résine de genévrier ou hématite ?, in L’Antiquité Classique, 78, 1999, p. 227‑238.

GILIBERTO, Concetta, An Unpublished De lapidibus in Its Manuscript Tradition, with Particular Regard to the Anglo-Saxon Area, in LENDINARA, Patrizia – LAZZARI, Loredana – D’ARONCO, Maria Amalia, éd. Form and Content of Instruction in Anglo-Saxon England in the Light of Contemporary Manuscript Evidence: Papers Presented at the International Conference, Udine, 6-8 April 2006, Brepols: Turnhout, 2007 (Fédération Internationale des Instituts d’Études Médiévales, Textes et Études du Moyen Âge, 39), p. 251-283. [éd. critique et étude du De lapidibus qui survit dans 8 manuscrits de miscellanées encyclopédiques. L’étude de la tradition textuelle montre que le traité met en évidence les relations littéraires entretenues de l’un et de l’autre côté de la Manche]

GOEHL, Konrad – MAYER, Johannes G., Antike Gemmen : Steinmagie und Liebeszauber bis ins christliche Mittelalter. Der Jude ‚Techel’ oder Cheel’ und die ‚coelatio lapidum’ mit Edition und Übersetzung zweier Steinbücher, in Konrad GOEHL – Johannes G. MAYER, hrsg., Editionen und Studien zur lateinischen und deutschen Fachprosa des Mittelalters : Festgabe für Gundolf Keil, Würzburg, 2000, p. 265-316.

GONTERO, Valérie, Les gemmes dans l’oeuvre de Chrétien de Troyes, in Cahiers de Civilisation Médiévale, 45, 2002, p. 237-254.

GONTERO, Valérie, Les gemmes marines : au carre our du lapidaire et du bestiaire (d’après Phisice, une version du Lapidaire de Jean de Mandeville), in C. CONNOCHIE-BOURGNE, éd., Mondes marins du Moyen Âge. Actes du 30e colloque du CUER MA, 3,4 et 5 mars 2005, Aix-en-Provence, 2006, (Senefiance, 52), p. 187-197.

GONTERO, Valérie, Parues d’or et de gemmes. L’or èvrerie dans les romans antiques du XIIIe siècle, Aix-en-Provence, 2002.

GONTERO-LAUZE, Valérie, Les Pierres du Moyen Âge, Anthologie des lapidaires médiévaux, Paris, Les Belles Lettres, 2016.

GONTERO-LAUZE, Valérie, Sagesses minérales. Médecine et magie des pierres précieuses au Moyen Âge, Paris, 2010. [Ne porte que sur les lapidaires français (romans) et ne connaît pas les versions latines. Traduit quatre lapidaires : Philippe de Thaon, 12e s., Marbode, Lapidaire chrétien, somme minéralogique de Jean de Mandeville.]

GONTERO-LAUZE, Valérie, Un synchrétisme pagano-chrétien : la glose du Pectoral d’Aaron dans le Lapidaire chrétien, in Revue de l’histoire des religinions, Paris, 2006, 223/4, p. 419-437.

HAEFELE, H.F., Zum lapidarius des Marbod von Rennes, in S. KRÄMER, s. dir., Scire litteras. Forschungen zum mittelalterlichen Geistesleben, München, 1988 (Bayerische Akademie der Wissenschaften. Philo.-Hist. Klasse. Abhandlungen, Neue Folge, 29). [Surtout sur le prologue et le poème sur le corail]

HALLEUX, R., Damigéron, Evax et Marbode. L’héritage alexandrin dans les lapidaires médiévaux, in Studi medievali, 3e série, 15, 1974, p. 327-347. [Sources de Marbode : Isidore, Solin; noyau surtout magique: lapidaire d’Evax. P. 337: Evax emprunte au Diosc. alphab., et vice-versa. Conclusion p. 341 sq. La 2e version d’Evax aurait été faite en même temps que le Dioscoride alphabétique, peut-être dans la même officine.]

HALLEUX, Robert – OPSOMER, Carmelia, Les drogues minérales dans la pharmacopée médiévale, in Colloque international d’histoire de la médecine médiévale, t. 1, Orléans, 1985, p. 142-154.

HALLEUX, R. éd. sc. – SCHAMP, J., Les lapidaires grecs. Lapidaire orphique; Kerygmos lapidaires d’Orphée, Socrate et Denys; Lapidaire nautique; Damigeron-Evax (trad. latine), Paris, 1985. [Recension dans Byzantinische Zeitschrift, 83, 1990, p. 408 : « édition inacceptable »]

HERRERA, M.E., La tradition manuscrite du Liber lapidum de Marbode de Rennes d’après les manuscrits conservés en France, Doctorat 3e cycle, Paris IV Sorbonne, 1986 (reproduction microfilmée des thèses, Lille III).

HOLLER, W.M., The Lapidary of Sydrac : New Evidence on the Origin of the Lapidaire Chrétien, in Manuscripta, 1986, 30/3, p. 181-190.

HOLMES, U.T., Medieval Gem Stones, in Speculum, 9, 1934, p. 195-204.

Danielle JACQUART – Nicolas WEILL-PAROT, éd., Substances minérales et corps animés – Mineral Substances and Animate Bodies (1100-1500), Montreuil, Omniscience, 2012 (Histoire des savoirs).

JECK, U.R., Albert der Grosse über die Natur der Steine, in ZeitSchrift, 47,4, 1998, p. 206-211.

JECK, U.R., Magie und Alchemie im mittelalterlichem Denken – Zur Magie der Mineralien und kostbaren Steine und ihrer Kritik bei Augustin, Albertus Magnus und Roger Bacon, in Eleusis, 54/1, 1999, p. 27-37.

JECK, U.R., Virtus lapidum. Zur philosophischen Begründung der magischen Wirksamkeit und der physikalischen Beschaffenheit kostbarer Mineralien in der Naturphilosophie Alberts des Großen, in Early science and medicine, 5/1, 2000, p. 33-46.

JUNCEDA, J.A.G., Los Meteorologica de Aristoteles y el De mineralibus de Avicena, in Milenario de Avicena, Madrid, 1981, p. 37-63 [p. 51-58 : ‚El De mineralibus y los primeros falâsifa‘].

KÄS, Fabian, Al-Maqrīzīs Traktat über die Mineralien. itāb al-Maqāṣid al-saniyyah li-maʿri at al-aǧsām al-maʿdiniyyah, Hrsg, übersetzt und kommentiert von Fabian Käs, Leiden-Boston, Brill (“Bibliotheca Maqriziana”, 3), 2015.

KÄS, Fabian, Die Mineralien in der arabischen Pharmakologie. Eine Konkordanz zur mineralischen Materia medica der klassischen arabischen Heilmittelkunde nebst überlieferungsgeschichtlichen Studien, Wiesbaden, Akademie der Wissenschaften und der Literatur (Mainz. Veröffentlichen der Orientalischen Kommission, 54, 2 vol.). [Le traité est de l’historiographe égyptien al-Maqrîzî (mort en 845/1442). Il traite de la classification des minéraux, de leur usage médical et des théories de la génération des pierres. L’édition du texte arabe est fondée sur le ms de Leiden, corrigé et augmenté par al-Maqrîzî lui-même. Le facsimilé est donné. Le traité a pour source quasi-exclusive les encyclopédies de Ibn Fadlallâh al-ʿUmarî et al-Quazwînî, qui quant à eux renvoient aux premiers philosophes arabes].

KEISER, George R., éd., The Middle English ‘Boke o Stones’ : The Southern Version, Bruxelles, 1984.

KING, C.W., The Natural History, Ancient and Modern, of Precious Stones and Gems, and of the Precious Metals, London, 1865.

KING, Charles W., Talismans and Amulets, in Archaeological Journal, 26, 1869, p. 25-34, p. 149-157, p. 225-235

KITSON, P., Lapidary Traditions in Anglo-Saxon England. Part I, Part II, Bede’s ‘Explanatio Apocalypsis’ and Related Works, in Anglo-Saxon England, 7, 1978, p. 9-60 et 12, 1983, p. 73-123. [Discute les principales sources de la connaissance des lapidaires au début du Moyen Âge. Terminologie et croyances populaires sur les gemmes en Angleterre. Origine et contenu de l’Old English Lapidary, et éd. de passages du lapidaire de Bède d’après l’édition P.L. 93, 197-203, et d’un traité hiberno-latin, De duodecim lapidibus, qui a servi de base à Bède (P.L. 94, 551-552), ainsi que d’un hymne du 10e s. sur les 12 pierres, Ciues celestis patrie. Le de duodecim… aurait été composé dans le dernier quart du 7e s., par un auteur de l’école de Vergilius Maro. Beaucoup de mauvaises attributions et corruption des sources identifiables. (CR Scriptorium, 1987, 41, p. 59* donne quelques corrections).]

KLEIN-FRANKE, F., The Knowledge o Aristotle’s Lapidary during the Latin Middle Ages, in Ambix, 17, 1970, p. 137-42. [A cru pouvoir établir que Marbode avait utilisé le lapidaire d’Aristote, mais en fait, il a utilisé une version d’Evax qui comprenait du Constantin (De gradibus, De physicis ligaturis) et qui lui-même avait puisé dans ps.-Aristote.]

LECOUTEUX, Claude, Zu den geschnittenen Gemmen von Volmars Steinbuch, in Metamorphosen der Bibel, éd. Ralf PLATE – Andrea RAPP, Bern: Peter Lang, 2004, p. 527-536.

Les pierres talismaniques (Leonardi Camillo, Speculum lapidum, livre III), texte, traduction, commentaire et annotation par C. LECOUTEUX et A. MONFORT, Paris, PUPS, 2002 (Traditions et Croyances).

LANCELLOTTI, M.G., Médecine et religion dans les gemmes magiques, in Revue d’histoire des religions, 218, 2001, p. 427-456.

LECOUTEUX, C., Les pierres magiques et le merveilleux, in Deutsch-Französische Mediävistik. Mélanges pour G.E. Zink, Göppingen, 1984 (G.A.G. 364), p. 53-67.

LEMAÎTRE-PROVOST, S., Le Lapidaire alchimique, in Le Moyen Français, 55-56, 2005, p. 245-258.

LOURIMSKY, J. – TURZ, F., Encyclopédie des minéraux, Paris, 1977.

MARTIN, E., Im Stein ist Heil. Medizin und Magie in mittelalterlichen Steinbüchern, in Die Grünenthal Waage, 6, 1967, p. 136-140.

MASTROCINQUE, Attilio, Kronos, Shiva, & Asklepios: Studies in Magical Gems and Religions of the Roman Empire, Philadelphia, 2012. [un des aspects nouveaux de cette publication est l’étude des liens du Kronos égyptien avec la culture syriaque et le Platonisme, ainsi que l’influence de la pensée brahmanique sur l’iconographie des gemmes]

MEIER, Ch., Gemma spiritalis. Methode und Gebrauch der Edelsteinallegorese vom frühen Christentum bis ins 18. Jahrhundert, t. 1, München, 1977. [Fondamental pour l’étude des lapidaires du Moyen Âge]

MESLER, Katelyn, The Medieval Lapidary of Techel / Azareus on Engraved Stones and Its Jewish Appropriations, in Aleph, 14/2, 2014, p. 75-143. [Contient un bon survol de l’historiographie. La première traduction en hébreu est faite sur l’anglo-normand ; il y a eu deux traductions en anglo-normand qui existaient au début du 13e s. Donne une liste des manuscrits latins]

MEYER, P., Les plus anciens lapidaires français, in Romania, 38, 1909, p. 481-552.

MONTALVO, Sagrario Rodríguez M., Al onso X, ‘Lapidario’ (según el manuscrito escurialense H.I.15), Introducción, edición, notas y vocabulario de Sagrario Rodríguez M. Montalvo, Madrid, 1981 (Biblioteca Romanica Hispanica, IV. Textos, 14).

NAWATI, G.C., Avicenne et l’alchimie, in Oriente e Occidente nel Medioevo : Filosofia e scienze. Convegno internazionale 9-15 Aprile 1969, Roma, 1971 (Accademia nazionale dei Lincei. Atti dei convegni, 13), p. 285-341.

NOBIS, H.M. – FRITSCHER, B., Mittelalterlich-scholastische Wurzeln der Mineralogie Georgius Agricolas. Ein Beitrag zur Geistesgeschichte der Geowissenschaften der frühen Neuzeit, in M. FOLKERTS – S. KIRSCHNER – A. KÜHNE, hrsg., Pratum floridum. Festschrift für Brigitte Hoppe. Augsburg, 2002, (Algorismus. Studien zur Geschichte der Mathematik und der Naturwissenschaften herausgegeben von Menso Folkerts 38. Münchner Universitätsschriften), p. 325-358.

OHLY, Friedrich, Diamant und Bocksblut : Zur Traditions- und Auslegungsgeschichte eines Naturvorgangs von der Antike bis in die Moderne, Berlin, 1976.

PACHINGER, A.M., Glaube und Aberglaube im Steinreich, München, 1912.

PAGER, W., Paracelsus and Techellus the Jew, in Bulletin of the History of Medicine, 34, 1960, p. 274-277.

PANETH, F., Über eine alchemistische Handschrift des 14. Jahrhunderts und ihr Verhältnis zur Albertus Magnus Buch ‚de mineralibus‘, in Archiv für Geschichte der Mathematik, der Naturwissenschaften und der Technik, 12, N.F., 3, 1929, p. 35-45, 1930, p. 408-413. [Y voit une oeuvre authentique d’Albert le Grand, écrite en Italie, peut-être à Bologne. A circulé avant et indépendamment du De mineralibus. C’est le De alchimia mentionné dans les listes anciennes d’écrits d’Albert le Grand (env. 1256-1257)].

PANNIER, L., Les lapidaires français du Moyen Age, des XIIe-XIIIe-XIVe siècles, réunis, classés et publiés accompagnés de pré aces, de tables et d’un glossaire, Paris, Vieweg, 1882, repr. Genève, Slatkine Reprints, 1973.

PAZZINI, A., Evax, le degli Arabi e naturalista e la sua opera ‘De virtutibus gemmarum’, in Annali Ravasini, 17, suppl. n°2, 1934.

PINGREE, David, The Diffusion of Arabic Magical Texts in Western Europe, in La diffusione delle scienze islamiche nel Medio Evo europeo, éd. Biancamaria SCARCIA AMORETTI, Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, 1987, p. 57-102.

RIDDLE, J.M., Lithotherapy in the Middle Ages. Lapidaries considered as medical texts, in Pharmacy in history, 12, 1970, p. 39-50.

RIDDLE, J.M., Marbode o Rennes’ (1035-1123) De lapidibus, Considered as a medical treatise with text, commentary and C.W. King’s translation together with text and translation of Marbode’s minor works on stones, Wiesbaden, 1977 (Sudhoffs Archiv. Beihefte, 20). [CR BOCH, in Speculum, 57, 1982, p. 915 et de H. SILVESTRE in Scriptorium, 35, 1981, p. 144-146. Poème Ciues celestis patriae, v. A. LENTINI, 1958 : montre que les attributions à Marbode et Anselme de Laon sont irrecevables. Propose Aimé de Mont-Cassin (mort 1093), mais cette attribution est problématique à cause du ms Bern, Stadt- u. Univ. B. 48 (Scriptorium, 4, 1950, p. 111-115) + Revue d’Histoire Ecclésiastique, 55, 1960, p. 353-354. D’après P. DRONKE, la rédation du poème Ciues…. doit se situer autour de l’an 1000. Poème Iaspis fundatur primus uiridante colore… (Ms. Bruxelles, B.R. 8883-8894, 12e s.), voir L. HERRMANN, in Le Moyen Age, 3e sér, 11, 1940, p. 30-43.]

RIDDLE, J.M. – MULHOLLAND, J.A., Albert on Stones and Minerals, in J. WEISHEIPL, Albertus Magnus and the Sciences, Toronto, 1980, p. 203-234.

RIETHE, Peter, Zur Quellengeschichte des ‚Steinkatalogs‘ der Hildegard von Bingen : die Abhängigkeit des IV. Buches der Brüsseler Handschrift von Bartholomaeus Anglicus, in Scriptorium, 44, 2010, p. 95-108. [A trait à l’intégration du matériel du livre 16 du De proprietatibus rerum dans certains manuscrits du lapidaire d’Hildegarde, qui se trouve au 4e livre du Liber simplici medicinae (et plus spécialement le ms. 2551 de Bruxelles, du 15e s. provenant de Louvain, qui est à l’origine de la transcription de deux autres manuscrits).]

RINGGER, K., Bestiaires et lapidaires, un genre littéraire ? in Actes du 18e congrès international de linguistique et de philologie romanes, Université de Trèves, 1989, t. 6, Tübingen, 1988, p. 136-148.

ROACH SMITH, Charles, Medieval Seals Set with Ancient Gems, in Collectanea antiqua, 4, 1857, p. 65-79.

ROSE, V., Aristoteles De lapidibus und Arnoldus Saxo, in Zeitschrift für deutsches Altertum, 18, 1855, p. 321-455.

ROSE, V., Damigeron De lapidibus, in Hermes, 9, 1875, p. 471-491. [Basé sur l’édition inexacte de Pitra. Donne tous les fragments des auteurs en grec, médicaux, qui ont repris du Damigéron. Montre les rapports entre ce lapidaire et le lapidaire orphique, poème en hexamètres. Pour compléter, WIRBELAUER, Antike lapidarien.]

RUSKA, J., Das Steinbuch des Aristoteles, Heidelberg, 1912. [Donne aussi l’édition du texte arabe et de la traduction latine d’après ms de Liège et de nombreux extraits de la traduction hébraïque tirée de l’arabe. Il prend chacune des pierres en particulier et compare les notices des différentes versions, en rapport aussi avec Tifâschi et ibn al-Gazzâr. Montre, le cas échéant, l’originalité ou l’émergence de tel ou tel terme]

SALVAT, M., Du pectoral d’Aaron aux lapidaires médiévaux : l’in ini pouvoir des pierres, in D. HUE, éd., Nature et encyclopédies, Actes du colloque d’Alençon, 6-7 avril 1991, 1991, p. 205-218.

SCHNELL, B., Zur deutschsprachigen Rezeption der naturkundliche Schriften des Thomas von Cantimpré und Albertus Magnus. Zum Steinbuch der Salzburger Handschrift M. III 3, in DOMES, J. et al., hrsg., Licht der Natur. Medizin in Fachliteratur und Dichtung. Festschrift für Gundold Keil zum 60. Geburtstag, Göppingen, 1994 (Göppinger Arbeiten zur Germanistik, 585), p. 421-422. [Le manuscrit contient la traduction allemande du De mineralibus et du chapitre sur les pierres gravées de Thomas de Cantimpré, édité dans l’article.]

SCHOPEN, Armin – STRAUSS, Karl W., Ahmad ibn Yûsuf at-Tî âsîs „Buch der königlichen Steine“. Eine Mineralienkunde ür die arabischen Herrscher des 7./13. Jahrhunderts, eingeleitet, übersetz und mit Anmerkungen versehen… Mit 38 Abbildungen von Alfred K. Schuster, Harrassowitz, 2014 (Abhandlungen für die Kunde des Morgenlandes, 92). [At-Tifâshi (1184-1253) a écrit cette oeuvre en 1242, à propos de 25 pierres précieuses, dont le corail et la perle. 5 sections : 1. Origine. 2. Localisation. 3. Qualité (vraie ou fausse). 4. Propriétés magiques et médicales. 5. Valeur et prix. Transmet des fables et des dires. Parmi les sources, le „lapidaire d’Aristote“. A été traduit en persan et en turc. Traduction en latin en 1784, en italien en 1906, en anglais en 1998].

SCHREINER, Klaus, Venus und Virginitas – Zur Symbolik des Smaragds und seinen virtutes, in Mittellateinisches Jahrbuch, 4, 1967, p. 29-60.

SMITH, Julian A., Precursors to Peregrinus : The Early History of Magnetism and the Mariner’s Compass in Europe, in Journal of Medieval History, 18, 1, 1992, p. 21-74.

STECHER, G.T., Magnetismus im Mittelalter : Von den Fähigkeiten und der Verwendung des Magneten in Dichtung, Alltag und Wissenschaft, Göppingen, 1995 (Göppinger Arbeiten zur Germanistik, 622).

STEINSCHNEIDER, Moritz, Die Hebraeischen bersetzungen des Mittelalters und die Juden als Dolmetscher, Berlin, Kommissionsverlag des Bibliographischen Bureaus, 1893, §572.2, p. 957-958 ; Lapidarien, 1897, p. 55.

STEINSCHNEIDER, Moritz, Lapidarien : Cethel, in Hebraeische Bibliographie, 16 (95), 1876, p. 104-106.

STEINSCHNEIDER, M., Lapidarien : ein culturgeschichtlicher Versuch, in G.A. KOHUT, éd., Semitic Studies in memory of Rev. Dr Alexandr Kohut, Berlin, 1897, p. 42-72. [Liste du matériel latin et arabe, complétée par celle de Thorndike, dans Ambix].

STUDER, Paul – EVANS, J., Anglo-Norman Lapidaries, Paris, 1924. [Peu de choses sur les lapidaires du haut Moyen Âge (« Dark Age »). Les parties latines et arabes de leur diagramme des filiations (p. 12-13) contiennent de sérieuses erreurs pour la période avant Marbode. Ignore RUSKA.]

STUNZ, H., Die Mineralogie bei Albertus Magnus, in Acta Albertina Regensburg, 1951, p. 13-19.

THORNDIKE, L., « De lapidibus », in Ambix, 8, 1960, p. 6-23. [La plus longue liste de manuscrits, avec celle de Steinschneider.Voir additions dans Scriptorium, 16, 1962, p. 218, n°614]

THORNDIKE, Lynn, Traditional Medieval Tracts Concerning Engraved Astrological Images, in Mélanges Auguste Pelzer, Louvain, Bibliothèque de l’Université, 1947, p. 217-274.

TOMASONI, Il Lapidario estense, in F. ZAMBON, éd., Il medioevo nella Marca : Trovatori, giullari, letterate a Treviso nei secoli XIII-XV. Atti del convegno Treviso 28-29 sept. 1990, Treviso, 1991.

TERPENING, Ronnie H., The Lapiday o L’Intelligenza : Its Literary Background, in Neophilologus, 60, 1976, p. 75-88.

VAN HEMELRYCK, Tania, Le bestiaire, le lapidaire et le plantaire de Dame Paix, in Le Moyen Français, 55-56, 2005, p. 167-185.

VOLLMÖLLER, Karl G., éd., Ein spanisches Steinbuch mit Einleitung und Anmerkungen, Heilbronn, 1880.

WEILL-PAROT, Nicolas, Magnetic Attraction as a Challenge to the Inanimate Realm. The Example of Walter Burley, in D. JACQUART – N. WEILL-PAROT, s. dir., Substances minérales et corps animés/Mineral Substances and Animate Bodies (1100-1150). De la philosophie de la matière aux pratiques médicales, Paris, Omniscience, 2012 (Histoire des savoirs), p. 87-110.

WELLMANN, M., Aristoteles ‘De lapidibus’, in Sitzungsberichte der preussischen Akademie der Wissenschaften. Philol.-hist. Klasse, 1924, p. 79-82.

WELLMANN, M., Die Stein- und Gemmenbücher der Antike, in Quellen und Studien zur Geschichte der Naturwissenschaften und der Medizin, 4/4, Berlin, 1935, p. 426-489.

WIRBELAUER, K.M., Antike lapidarien, Würzburg, 1937 (thèse Berlin).

WYCKOFF, D., Albertus Magnus Book of minerals (transl. and comm.), Oxford, 1967. [Identifie bon nombre de sources. Traduction d’après le texte de A. Borgnet.]