Archives de l’auteur : Isabelle Draelants

À propos Isabelle Draelants

Directrice de recherche au CNRS - Historienne du Moyen Âge

Colloque Partage d’espèces, partage de savoirs : la circulation des animaux entre Orient et Occident (XIIe – XVIe siècles) – APPEL à COMMUNICATIONS

De part et d’autre du bassin méditerranéen les animaux et le savoir zoologique ont fait l’objet
d’une intense circulation au Moyen Age. Les traducteurs syriaques et arabes ont pris en main avec acribie le corpus zoologique aristotélicien, qui a donné lieu à des traductions, puis des commentaires et résumés arabes. La version arabe des traités du Stagirite a fait l’objet, à son tour, d’un transfert en sens inverse, par le biais de traductions latines à l’orée du XIIIe siècle. Mais bien d’autres types de textes « animaliers » ont connu une fortune partagée : on pense aux traités de chasse, aux textes agronomiques et vétérinaires, aux fables, aux écrits médicaux ou magiques faisant place aux animaux, à certaines formes de bestiaires, etc.
D’autre part, les contacts directs qui se nouaient à l’occasion de voyages et de pèlerinages, ou par les échanges commerciaux ou diplomatiques entre cours, ont conduit à la fois à des transferts d’animaux ou de produits naturels et artistiques et à la rédaction de récits par des auteurs curieux de naturalia.
L’objet de ce colloque est de mettre en valeur cette circulation et cet import-export de savoirs et
de produits naturels et figurés entre l’Orient et l’Occident ainsi que le partage de pratiques et de
représentations. Il est organisé en étroite relation avec le réseau Zoomathia et l’ERC PhilAnd.

Le colloque se déroulera sur deux jours, les vendredi 19 et samedi 20 Novembre 2020, à
l’Université catholique de Louvain (institut INCAL). Les communications sont limitées à vingt minutes et donneront lieu à des échanges dans la foulée. Les langues de communication seront de préférence le français ou l’anglais.
Une publication des textes n’est pas prévue à ce stade de la programmation.

Les réponses à cet appel à communication sont attendues pour le 31 mars 2020. Elles comprendront un titre de communication et un bref résumé, de dix à quinze lignes, en français ou en anglais. Le programme sera fixé dès que possible après cette échéance. Merci d’adresser votre proposition à l’adresse mail suivante : baudouin.vandenabeele@uclouvain.be

Organisation du colloque :
Groupe de recherche international Zoomathia 
Baudouin VAN DEN ABEELE, Godefroid DE CALLATAŸ, Antonella
SCIANCALEPORE, Meyssa BENSAAD, Arnaud ZUCKER

Le « Physiologus. Manuscrits anciens et tradition médiévale ». Nouveau numéro de « RursuSpicae »

Un nouveau numéro de RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture de textes, de l’Antiquité au Moyen Âge (s. dir. I. Draelants et A. Zucker) est paru en décembre 2019. Il est consacré au Physiologus

Vous y trouverez les articles de :

Emmanuelle Kuhry
Overview of the Manuscripts and New Resources for the Study of the Manucript Tradition of the Latin Physiologus
Adele Di Lorenzo
The Manuscript Tradition of the Greek Physiologus According to the Manuscripts Preserved in France and in Italy: some Considerations for a Comparative Study
Stavros Lazaris
The Dialogue Between Text and Images in the Physiologus from Sofia (Dujčev gr. 297): the Case of the Echidna
Françoise Lecocq
The Phoenix in the Byzantine Physiologus by Pseudo-Epiphanius and in the Vienna Physiologus : a Textual Mistake and an Etymological Interpretation
Jacqueline Leclercq-Marx
An Exemplary Transposition: The Relationship between Text and Image in The Brussels Physiologus (MS KBR 1066-77; Meuse, end of the tenth century?)
Thierry Buquet
De Proprietatibus Quorundam Animalium : a Bestiary in the ms. 28 of Avranches Library
Mattia Cipriani
The Physiologus in Thomas de Cantimpré’s Liber de Natura Rerum
Le Physiologus dans le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré
Elisa Lonati
Did Bartholomew the Englishman know the Physiologus? A Survey
Beatrice Amelotti
Notes sur une source mineure du Liber de exemplis et similitudinibus rerum de Giovanni da San Gimignano : le Physiologus
Some notes on a minor source of Giovanni da San Gimignano’s Liber de exemplis et similitudinibus rerum: the Physiologus
Lucía Orsanic
The Basilisk, from the Bestiary to the Spanish Book of Chivalries. The Case of Palmerín de Olivia (Salamanca, Juan de Porras, 1511)
Le basilic, du bestiaire au livre de chevalerie castillan. Autour de Palmerín de Olivia (Salamanca, Juan de Porras, 1511)

Atelier de traduction de textes scientifiques médiévaux

Ms. London, BL, Harley, 3244, f. 64r, Types de Vermes

Minuta, vermes, annulosa, reptilia : Vermine et insectes dans la littérature latine médiévale sur la nature

Konrad von Megenberg, Buch der Natur, Ms. Heidelberg, Universitätsbibl., Pal. germ. 311, f. 189v.

L‘Atelier de traduction de textes scientifiques latins médiévaux organisé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes porte en 2020-2021 sur Les insectes et la vermine dans la littérature latine médiévale sur la nature : minuta, vermes, annulosa, reptilia.

Les séances consistent en travail en commun autour d’un dossier de textes choisis ; divers insectes seront traités successivement. Les étudiants comme les chercheurs confirmés en histoire, philologie sont les bienvenus.

Les séances ont lieu deux jeudis par mois, de 14h à 16h au Campus Condorcet à Aubervilliers, 14, cours des humanités, Bâtiment de recherche Nord, 2e étage, salle 2.001 (Métro « Front Populaire », ligne 12 ou RER Stade de France). Séances : 24 septembre 2020, 8 octobre ; prochaines séances : 29 octobre, 12 novembre (prendre contact si vous désirez participer à distance).

Ceux qui désirent prendre part à l’atelier sont invités à contacter Isabelle Draelants. Le calendrier est susceptible d’être aménagé avec leur accord. 

Les séances consistent en travail en commun autour d’un dossier de textes latins choisis, édités ou inédits ; ils sont tirés de textes patristiques et théologiques (ex : Pierre Comestor), de commentaires philosophiques (ex : Albert le Grand) et d’encyclopédies ou de traités sur la nature (Opusculum de naturis animalium, Thomas de Cantimpré, Experimentator, Michel Scot, Arnold de Saxe, Barthélemy l’Anglais, Vincent de Beauvais, Marcus d’Orvieto, Geoffroy de Franconie, Juan Gil de Zamora, etc.) qui eux-mêmes citent des sources qui seront identifiées (Aristote, la Bible, Pline, Augustin, Isidore de Séville, Constantin l’Africain, Avicenne…). L’objectif principal de l’atelier est de former un corpus traduit de référence des textes sur les insectes et d’en identifier les sources intellectuelles et littéraires.

Quelques titres : 

Marilena Panarelli, La classification des abeilles, de l’Antiquité au début de l’ère moderne, in A. Brémont, Y. Boudes, S. Thuault, M. Ben Saad, éd., Appréhender les catégories zoologiques dans les sociétés du passé. Anthropozoologica, 55 (13), 2020, p. 187-198. https://doi.org/10.5252/anthropozoologica2020v55a13http://anthropozoologica.com/55/13
Dominik Berrens, Soziale Insekten in der Antike: Ein Beitrag zu Naturkonzepten in der griechisch-römischen Kultur, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2018 (Hypomnemata).
Franck Collard, Evelyne Samama, éd., Poux, puces et punaises : la vermine de l’homme. Découverte, description et thérapeutique. Antiquité, Moyen âge, Temps Modernes, Paris, 2015.
Ciccarese, Maria Pia, Animali simbolici. Alle origini del bestiario cristiano, t. 1 : Agnello-gufo ; t. 2 : Leone-zanzara, Bologna, Edizioni Dehoniane, 2002-2007 (Biblioteca Patristica, 39 et 44) [avec les extraits en grec ou latin et la traduction italienne].
Jérémy Delmulle, Sur une acception médiévale du lat. locusta désignant une herbe sauvage comestible, in Archivum Laztinitatis medii Aevi, 74, 2016, p. 67-87.
J. Delmulle, Le repas de Jean Baptiste au désert : sauterelles, crevettes ou écrevisses ? Un petit texte exégétique inédit du Xe siècle, in Archivum Latinitatis medii Aevi, 73, 2015, p. 149-177.
Brian W. Ogilvie, Beasts, Birds, and Insects. Folkbiology and Early Modern Classification of Insects, in Kaspar von Greyerz – Silvia Flubacher – Philipp Senn, éd., Wissenschaftsgeschichte und Geschichte des Wissens im Dialog – Connecting Science and Knowledge, p. 295-316.
Magde Van der Lugt, Le ver, le démon et la Vierge : les théories médiévales de la génération extraordinaire ; une étude sur les rapports entre théologie, philosophie naturelle et médecin, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

Voir aussi, sur Menestrel.fr, la page de Anne-Sophie Traîneau-Durozoy, sur « Jonas et le ver »

Notice des dominicains Jean Quétif et Jean Echard sur Vincent de Beauvais et le Speculum Maius

Le dictionnaire prosopographique des frères dominicains Jacques Quétif et Jacques Echard sur les auteurs de l’ordre dominicain et leurs œuvres depuis l’origine de l’Ordre consacre une première notice critique à Vincent de Beauvais, dont nous mettons le texte à disposition en pdf : J. Quétif et J. Echard, « Frater Vincentius Bellovacensis » Scriptores Ordinis Prædicatorum, I, Paris, 1719, p. 212-240. Cette notice contient les arguments de J. Echard sur le caractère apocryphe du Speculum morale.

Documentation sur l’histoire des versions ‘bifaria’ et ‘trifaria’ du Speculum maius

Vers 1244, le Speculum maius se présente comme une œuvre en deux parties, pars naturalis et pars historialis. Il est hasardeux de dire dans quelle mesure cette première « édition » de l’œuvre a été réellement achevée et diffusée. Il est cependant certain qu’elle a existé comme telle, tant dans sa partie naturelle que dans sa partie historique. Les deux parties contiennent chacune trente-deux livres.

La pars naturalis de cette version dite bifaria n’est malheureusement que partiellement conservée. Les deux manuscrits Bruxelles B.R. 18465 (XIVe s., provenant de l’abbaye Saint-Martin de Tournai) et B.R. 9152 (XVe s., provenant de l’abbaye Saint-Laurent de Liège) font connaître : le prologue, i.e. le Libellus apologeticus, très explicite quant à la nature du projet et à la manière de faire (livre I), la table des chapitres des livres II à XIII, le texte des livres II à VIII, soit les quatre premiers jours de la création.

La pars historialis a été mieux préservée. Les trente livres sont connus par l’intermédiaire de deux familles de manuscrits (versions dites de Dijon et de Klosterneuburg) menant le récit historique jusqu’en 1244 (puis à la fin des temps). L’analyse de cette première version a été menée par J.B. Voorbij, Het ‘Speculum Historiale’ van Vincent van Beauvais. Een studie van zijn ontstaansgeschiedenis, Groningen, 1991 (résumé en anglais, p. 389-394).

Avant 1259, Vincent de Beauvais revoit complètement le texte du Speculum maius et l’organise en trois parties : naturale, historiale et doctrinale.

Un livre de synthèse écrit à l’Atelier reprend l’essentiel des acquis sur le « Grand Miroir du Monde » qu’est le Speculum maius, et en offre de nombreux extraits en traduction : M. Paulmier-Foucart, avec la coll. de M.-Ch. Duchenne, Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du Monde, Turnhout, Brepols, 2004 (Témoins de notre histoire).

En savoir +

  1. Documentation sur la version bifaria du Speculum naturale (c. 1244)
  2. Sommaires des trois Specula dans la version trifaria (éd. Douai 1624)
  3. Tableau comparatif de la matière de la bifaria vers la trifaria
  4. Liste indicative des sources du Speculum maius

Le « petit ouvrage sur les natures des animaux, d’après les dires des saints et de plusieurs maîtres » (c. 1220 ?) sort de l’ombre

Ombeline Fichant commence une thèse sur une encyclopédie zoologique originale et inédite, l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorumdont elle donnera une étude approfondie des sources et une édition critique

Thèse s. dir. Isabelle Draelants,
Ecole doctorale 472 de l’EPHE, Paris

Le manuscrit II 1143, conservé à la Bibliothèque Royale Albert 1er à Bruxelles, contient un texte singulier, resté inexploré jusqu’ici : l’Opusculum de naturis animalium excerptum de dictis sanctorum et plurimum magistrorum, inc. Prologus : Ieronimus. Omne animal quod findit ungulam et ruminat mundum est. Alliant savoirs zoologiques et exempla moralisés, science naturelle et exégèse, cette œuvre inédite se place à la croisée des genres médiévaux des bestiaires, des encyclopédies et des recueils de distinctiones ; de premières investigations permettent d’avancer l’hypothèse d’une composition dans l’orbite liégeois au début du XIIIe siècle. Ce texte du plus haut intérêt, dont l’auteur reste encore à découvrir et qui pourrait être autographe, promet de belles découvertes sur les liens entre progrès de la zoologie et exégèse, sur l’évolution des genres narratifs au Moyen Age, et sur l’organisation et la transmission des savoirs à l’époque de sa rédaction.

Opusculum de naturis animalium. Notice sur l’éléphant, tirée en partie des Dicta Chrysostomi. Repérer au f. 123v l’auctoritas « Magister ».

L’Opusculum propose une série de notices descriptives consacrées aux animaux, où se trouvent constamment mêlées connaissances zoologiques et médicales, commentaires scripturaires, extraits de fables ou de récits antiques et considérations morales ; dans une démarche résolument encyclopédique, l’auteur s’est efforcé de rassembler l’ensemble des connaissances disponibles sur les animaux, tous domaines confondus. Ce recueil original apparaît ainsi comme un précurseur des encyclopédies naturelles qui se développent dans le second tiers du XIIIe siècle. L’intérêt évident de l’auteur pour la matière zoologique, et notamment pour les petits animaux (minuta) donne à ce texte une de ses dimensions originales : il accorde une attention toute particulière aux serpents et aux « vermes », à tout ce qui rampe et grouille ; il consacre de longs paragraphes aux scorpions, aux araignées et aux sauterelles, et semble éprouver une certaine fascination pour les vers, les sangsues et les lombrics.

Des recherches préliminaires ont permis de dresser une première typologie des sources mobilisées par l’auteur, qui met en lumière toute l’originalité de cette œuvre : une part considérable des références mentionnées dans le texte renvoie à des œuvres contemporaines de la rédaction de l’Opusculum, ou la précédant de peu : entre autres l’Historia Scolastica de Pierre Comestor, des ouvrages de Bernard de Clairvaux, de Jean de Salisbury, de Rupert de Deutz, de Pierre Damien, d’Hildebert de Lavardin… Par ailleurs, il est particulièrement intéressant que l’auteur fasse référence, tout au long du texte, à un certain « magister » (comme dans l’illustration du f. 123v), figure anonyme qui – en référence au titre de l’Opusculum – dissimule plusieurs maîtres, entre autres Isaac de l’Etoile, Guillaume de Tyr, Bernard Silvestre, Richard de Saint-Victor, Pierre de Blois… La liste ne cesse de s’allonger.

Au-delà de ces références contemporaines, qui dominent largement le texte de l’Opusculum, l’auteur évoque de nombreux ouvrages patristiques et monastiques – entre autres Bède le Vénérable ou Smaragde de saint-Mihiel – ainsi que des fables, des mythes antiques ou encore des encyclopédies antérieures, comme celles d’Isidore de Séville ou de Raban Maur.

Il est également essentiel de préciser que l’Opusculum ne fait aucune référence à la matière aristotélicienne sur la nature ou aux traductions latines des textes des savants arabes, ce qui constitue un indice solide pour affirmer que cette œuvre a été composée avant 1230, avant que ne s’amorce réellement l’âge d’or de l’encyclopédisme médiéval qui assimile cette nouvelle matière.

Autre particularité, le choix des exempla et l’usage de certaines dénominations singulières laissent transparaître un ancrage dans la région de Liège : le texte met volontiers en valeur des saints locaux, comme saint Lambert, saint Servais ou saint Remacle. L’œuvre laisse ainsi entrevoir des liens intellectuels, voire un réseau d’échanges foisonnant entre de nombreuses figures de la vie scolastique dûment référencées sous les « marqueurs de citations » ; les premières identifications laissent deviner un milieu d’enseignement dynamique, à l’aube de l’émergence des universités.

Les recherches sont menées par Ombeline Fichant dans le cadre d’une thèse de doctorat qui commence avec le soutien d’une bourse de thèse de l’Ecole pratique des hautes études (oct. 2018). Elles feront l’objet sans tarder d’un article de signalement co-écrit, qui mettra l’Opusculum en contexte à partir des premières investigations qui ont incité I. Draelants à proposer ce sujet de thèse, et des premières identifications de sources menées par O. Fichant. La thèse devrait permettre, en fournissant une édition critique et une étude historique détaillée, de mettre au jour toutes les spécificités de cette œuvre originale et du manuscrit unique qui la contient, d’en analyser le contenu naturaliste, d’en reconstituer le contexte de composition et la portée ; elles apporteront des réponses aux nombreuses questions que suscite la lecture de l’ouvrage, entre autres celle du genre dont il relève typologiquement ou encore celle de l’enseignement, des magistralia et du riche réseau intellectuel dans lequel s’insérait l’auteur de l’Opusculum. A terme, le texte de l’Opusculum devrait rejoindre le corpus en ligne des encyclopédies médiévales, SourcEncyMe.

Bibliographie pour une introduction à l’Opusculum : Isabelle Draelants – Ombeline Fichant, L’‘Opuscule sur les natures des animaux, tiré des dires des saints et de nombreux maîtres’ : premiers éléments sur une oeuvre inexplorée du début du XIIIe siècle, in Scriptorium (Notices et matériaux), t. 72, 2018/2, p. 293-311.

Le ms. Lucca, Biblioteca Statale, 1966 contient l’encyclopédie du Ps.-John Folsham

Ps.-John Folsham, De natura rerum, c. De argento, Ms Lucca, Bibl. Statale 1966

 

Le contenu de ce manuscrit, acéphale, n’avait jusqu’ici pas été identifié. Il s’agit d’une copie datable, d’après l’écriture, du 13e siècle, ce qui en fait probablement le plus ancien témoin de l’encyclopédie attribuée (sans certitude), à John Folsham. Cette encyclopédie De natura rerum a été éditée par Dmitri Abramov dans sa thèse de doctorat (Hamburg, 2003) à partir des cinq manuscrits connus jusqu’ici, qui présentent deux versions assez différentes.

De premières investigations montrent que le manuscrit de Lucca semble aussi le plus complet et le plus exact pour ce qui concerne les marqueurs de citation (auctoritates), par rapport aux cinq autres manuscrits connus.

Une utilisation immédiate par Vincent de Beauvais parmi les « Libri de natura rerum »

Une information essentielle : le manuscrit présente la version la plus proche du De natura rerum utilisée par Vincent de Beauvais dans le Speculum naturale et dans le Speculum doctrinale c. 1250 sous le marqueur de source Liber de natura rerum. Sous cette référence, sont en majorité rassemblés par Vincent de ses frères des extraits d’une version du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, dans une version « auctoriale » intermédiaire entre ce que H. Boese a appelé les versions I et II (l’édition de M. Cipriani en cours devrait permettre d’en dire davantage). Mais on y trouve aussi quelques citations de l’encyclopédie du Ps.-John Folsham, quelques citations du De naturis rerum d’Alexandre Nequam, et l’une ou l’autre citation qui se trouvent également dans le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais.

Cette constatation montre à quel point les encyclopédies médiévales intègrent immédiatement l’information disponible. Dans le De natura rerum du Ps.-John Folsham, on trouve en effet des autorités aussi récentes que le commentateur Alfred de Shareshill et le traducteur Michel Scot, qui livrent diverses oeuvres de la philosophie naturelle d’Aristote traduites de l’arabe, mais aussi des citations  du savant Robert Grosseteste (m. 1253).

Comme le montre le feuillet présenté en illustration, cette encyclopédie est particulièrement riche en ce qui concerne la minéralogie et la zoologie.

Cette découverte fera l’objet d’un article qui présentera les contenus du ‘De natura rerum’ du Ps.-Folsham propres à ce manuscrit.

Isabelle Draelants et Mattia Cipriani prévoient par ailleurs un article sur la chronologie relative des encyclopédies naturelles contemporaines et leurs liens avec Albert le Grand dans la période 1230-1255.

L’intégration du texte de l’encyclopédie du Pseudo-John Folsham est prévue, à terme, dans le corpus SourcEncyMe.

Isabelle Draelants

 

RursuSpicae : Nouveau numéro sur les encyclopédies médiévales

Nature et morale :
Sources, et postérité homilétique,
des encyclopédies du XIIIe siècle 

 

Le numéro 11 de Rursus, sorti en décembre 2017, consacre la fusion des revues Rursus et Spicae. Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais.

Le nouveau site de la revue RursuSpicae. Transmission, réception et réécriture de textes, de l’Antiquité au Moyen Âge sera prêt en mars sur Revues.org / OpenEdition Journals avec le nouvel ISSN 2557-8839.

Sommaire

  • Avenel, Marie-Agnès, « Les ‘monstres marins’ sont-ils des ‘poissons’ ? Le livre VI du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré » – Are See Monsters Fishes? Book VI of Thomas of Cantimpré’s Liber de natura rerum
  • Cipriani, Mattia, Questio satis iocunda est : Analisi delle fonti di questiones et responsiones del Liber de natura rerum di Tommaso di Cantimpré – Questio satis iocunda est : Analysis of the sources of the questiones and responsiones of the Thomas of Cantimpré’s Liber de natura rerum
  • Delmas, Sophie, La réception des encyclopédies naturelles dans les sermons au XIIIe siècle. Quelques exemples – The Reception of Natural Encyclopaedias in the Sermons of the thirteenth Century. Some examples
  • Draelants, Isabelle – Frunzeanu, Eduard, Le savoir astronomique et ses sources dans le De mundo et corporibus celestibus de Barthélemy l’Anglais – Astronomical Knowledge and Its Sources in the De mundo et corporibus celestibus of Bartholomeus Anglicus
  • Hamy, Adrienne, La production encyclopédique de Marc d’Orvieto et Juan Gil de Zamora : ressources pour la prédication – Marcus of Orvieto’s and Juan Gil of Zamora’s encyclopedic Production : Resources for Preaching
  • Villaroel, Irene, Las fuentes ocultas del actor en el tratado sobre la scientia moralis del Speculum doctrinale (V-VI) de Vicente de Beauvais – The actor’s secret sources in the treatise on the scientia moralis of Vincent of Beauvais’ Speculum doctrinale (V-VI)

Voir les appels à contributions en cours sur le site.
Un prochain appel à contributions portera encore sur les contenus naturalistes des encyclopédies du XIIIe siècle.

Nouvelle édition, en ligne, des versions auctoriales du « Liber de natura rerum » de Thomas de Cantimpré

Liber de natura rerum, Ms. London, British Libr., Harley 3717, f. 1r

Le projet SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies Médiévales) progresse!

Page de consultation du Liber de natura rerum sur SourcEncyMe

Nous avons le plaisir de vous annoncer deux grandes avancées de ce corpus latin dont l’objectif est la caractérisation du patrimoine intellectuel des encyclopédies médiévales par l’identification de leurs sources :

La mise en ligne des versions « auctoriales » du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré
(c’est-à-dire les stades de rédaction de l’encyclopédie que H. Boese avait édité comme « versions I et II »), sous la forme d’une nouvelle édition critique par Mattia Cipriani. Cette édition distingue quatre stades de rédaction d’auteur, d’après quatre manuscrits principaux.

Liber de natura rerum, Ms Brugge, Stadbibl. 410, f. 4v

Lidentification complète de toutes les sources du Liber de natura rerum,
c’est-à-dire près de 170 sources différentes, principalement de philosophie naturelle et de médecine, mises en œuvre par le compilateur pour la rédaction de son encyclopédie. Ses interventions d’auteur ont également été mises en évidence par le travail de M. Cipriani. Ce travail d’identification porte à retarder la datation de la rédaction du Liber jusqu’aux années 1250.

Liber de natura rerum, Ms. London, British Libr., Harley 3717, f. 2r

Ce travail a été réalisé durant un séjour post-doctoral financé par le LabEx Hastec à l’Atelier Vincent de Beauvais, au sein de l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris, sous la supervision d’Isabelle Draelants.

NB : Le texte de ces versions du Liber de natura rerum fera encore l’objet de modifications, légères, du point de vue de certains choix de leçons critiques, de la ponctuation et de la mise en évidence de certains ajouts de la main du compilateur, avant la publication de l’édition critique définitve. En outre, il arrive que les éditions utilisées pour l’identification de certaines sources ne soient pas toujours les éditions de référence, mais les renvois aux éditions de référence pour chaque source y seront substituées peu à peu pour correspondre à celles qui seront utilisées pour l’apparat de l’édition critique définitive.

Le site SourcEncyMe donne également accès à la version tardive « Thomas III. » de l’encyclopédie naturelle de Thomas de Cantimpré, dans le texte critique établi avant 1993 par K. Vollmann et H. Hünemörder.
Après la reprise de ce travail, l’édition définitive de cette version par Rudolf K. Wiegand, J. Deus et H. Ulmschneider vient de paraître chez Reichert (coll. Wissensliteratur im Mittelalter, 54.1). 

Découverte d’un fragment du livre XIX du « De proprietatibus rerum » de Barthélemy l’Anglais

De proprietatibus rerum, fragment 1 dans reliure Antwerpen, EHC K 54434

De proprietatibus rerum, fragment 2 (reliure Antwerpen, EHC K 54434)

Deux nouveaux fragments du livre XIX du De proprietatibus rerum, l’encyclopédie naturelle rédigée par le franciscain Barthélemy l’Anglais entre c. 1230-1248. Continuer la lecture