Arnold de Saxe

Arnold de Saxe, qu’on trouve sous les noms de Arnoldus Saxo ou Arnoldus Luca dans les manuscrits qui conservent son œuvre, et que Vincent de Beauvais nomme Arnoldus de Saxonia, est l’auteur d’ouvrages de philosophie naturelle, de médecine et de morale au XIIIe siècle. Désormais, sa production philosophique et scientifique a été mise au jour et caractérisée à travers l’examen de sa documentation (sources) et sa situation dans le temps et dans un milieu. Le contexte intellectuel d’Arnold de Saxe est celui de la scolastique à l’époque où le savoir s’accroît considérablement suite à l’intense activité de traduction du XIIe siècle, de la naissance et du développement des universités, de l’établissement de studia dominicains et franciscains et, en parallèle, de l’évolution des techniques intellectuelles.

Arnold de Saxe n’était connu à travers une encyclopédie de philosophie naturelle et morale qu’on situait entre 1220 et 1230 et dont on connaissait un seul manuscrit (Erfurt, WAB, Ampl. oct. 77). Il était dès lors considéré comme « le premier encyclopédiste du XIIIe siècle » et avait sa place dans certains dictionnaires prosopographiques, mais à peine trois travaux anciens, allemands, lui avaient été consacrés (E. Stange, dissertation, 1875, V. Rose, 1885 et E. Stange, édition, 1904-1907).

Depuis lors, ont été mis au jour d’autres manuscrits – partiels – de cette œuvre en cinq parties, qu’il faut désormais nommer De floribus rerum naturalium et non De finibus rerum naturalium). Cela qui porte à une quinzaine les témoins manuscrits, à partir desquels une édition critique est en préparation.

En outre, trois autres ouvrages du même auteur ont été découverts et étudiés : un traité de médecine (Practica de curis morborum) qui intègre les progrès récents de la science médicale, un traité des vertus et des vices à la forme dialoguée originale (De iudiciis uirtutum et uitiorum) et une « consolation » imitée du Pseudo-Sénèque.

Le portrait qui se dégage est celui d’un philosophe naturaliste actif pendant les deuxième et troisième quarts du XIIIe siècle, mais aussi d’un enseignant amoureux de la morale classique. Son intérêt pour la philosophie naturelle aristotélicienne est primordial et le pousse à privilégier ce qu’il appelle les « philosophes modernes » (c’est-à-dire Aristote et les auteurs arabes traduits en latin). Contemporain d’Albert le Grand, il le côtoya probablement et fut à tout le moins la source de la documentation de son De mineralibus, en particulier le 2e traité, dont la plupart de la documentation est tirée du De virtutibus lapidum (qui forme la 3e partie de l’encyclopédie d’Arnold). Albert le Grand emprunte aussi à Arnold de Saxe et aux sources qu’il véhicule, la conception de la « vertu universelle » et des vertus occultes qui expliquent, entre autres, l’action thérapeutique de certains corps composés comme les minéraux.

Arnold de Saxe a eu accès de manière directe à des textes qui nous sont connus surtout ou exclusivement à travers lui ; c’est le cas par exemple des citations de Iorach, désormais identifié avec Iuba II, roi de Mauritanie, dont une compilation arabe a gardé des données perdues dans la tradition grecque (voir l’article I. Draelants, « Le dossier sur les œuvres et les animaux de Iorach »).

La recherche sur sa « bibliothèque virtuelle » et la provenance des manuscrits pointe comme foyers de son activité Magdeburg, Cologne, Erfurt et Paris. Sa réception, immédiate dans la littérature de compilation scientifique, et sa diffusion eurent lieu dans l’espace germanique. La littérature encyclopédie médiévale, mais aussi moderne, garde la trace de sa contribution dans le domaine de l’étude des pierres.

Œuvres d’Arnold de Saxe (fl. c. 1225- c. 1260)

1. Sermo de libris philosophorum

Non retrouvé à ce jour. Il est évoqué dans le prologue à la première partie du De floribus rerum naturalium comme une œuvre antérieure, ou du moins comme une collecte antérieure des dires des philosophes, faite per ordinem textus sub eisdem uerbis abreuiatis. Il s’agit probablement d’un florilège fait dans l’ordre du texte des originalia, dont les extraits abrègent le discours. Il constitue sans doute le noyau de toute la documentation exploitée ensuite par l’auteur, qui n’a peut-être jamais eu l’intention de l’« éditer ». En conséquence, il n’a peut-être pas eu de survie en tant qu’œuvre mais pourrait être considéré comme un instrument de travail personnel.

2. De floribus rerum naturalium

On considère aujourd’hui cette œuvre comme une encyclopédie naturelle et morale en cinq parties. Il faut lui restituer ce titre et corriger celui de De finibus rerum naturalium (que lui avaient donné Valentin Rose en 1887 et Emil Stange en 1905), d’une part à cause de sa fonction de recueil de sentences « cueillies », mais aussi en conformité avec l’attestation du catalogue médiéval de la bibliothèque d’Erfurt (1410), où le manuscrit contenant ce titre-même, aujourd’hui en partie effacé (f. 1r), se trouvait identifié ainsi de la main du bibliophile Amplonius Ratinck de Bercka. Du reste, ce titre convient parfaitement à la fonction de l’œuvre dès l’origine et à l’appellation de Sermo naturalium donnée par Arnold lui-même dans le prologue au De moralibus, c’est-à-dire à la cinquième partie du De floribus rerum naturalium.

Rappelons les titres des différentes parties, tels qu’on les trouve dans les prologues respectifs :

  1. De celo et mundo (cinq livres)
  2. De naturis animalium (De generationibus animalium dans le ms. de Lüneburg) (dix chapitres)
  3. De uirtutibus lapidum alphabétique OU De natura lapidum + De sigillis + De coloribus
  4. De uirtute uniuersali (dix chapitres)
  5. De moralibus (cinq livres)

Cet ordre est celui qu’a choisi le compilateur pour l’état final de l’œuvre tel qu’il est représenté dans le manuscrit Erfurt, W.A.B., Ampl. oct. 77. La succession des parties dans les manuscrits qui témoignent d’une œuvre en progression montre que le sermo naturalium était constitué des parties I, II, IV, auxquelles se sont ajoutées ensuite les parties III et V, dont la composition est probablement postérieure.

Le manuscrit d’Oxford, Bodl. Libr. misc.e.34. ne présente pas la IIIe partie, sur les pierres. Celle-ci peut être considérée comme la contribution essentielle de notre auteur à la littérature scientifique, car elle fut la plus recopiée et la plus connue des contemporains et des auteurs postérieurs. Elle a connu plusieurs états au cours de son élaboration et une destinée indépendante du reste du De floribus rerum naturalium.

Plan de l’œuvre (d’après les manuscrits conservés)

Cette compilation encyclopédique comprend cinq « livres » divisés eux-mêmes en livres, puis en chapitres. D’après la volonté de l’auteur, exprimée dans les prologues, les première, deuxième et cinquième parties sont divisées en cinq livres.

I. De caelo et mundo (3 manuscrits conservés)

  • Prologue
  • Livre I : 1. De essentia prime cause ; 2. De bonitate prime cause ; 3. De probatione prime cause ; 4. De prouidentia prime cause ; 5. De idea ; 6. De yle ; 7. De anima mundi ; 8. De anima rationali ; 9. De immortalitate anime ; 10. De quiete et penis anime ; 11. De natura celi ; 12. De forma mundi ; 13. De mundo archetipo.
  • Livre II : 1. De natura stellarum ; 2. De motibus astrorum ; 3. De natura planetarum ; 4. De motibus et iudiciis planetarum ; 5. De eclypsi solis et lune ; 6. De ascensione lune ; 7. De effectibus ascensionis lune ; 8. De anno mundano ; 9. De natura circulorum orbis ; 10. De stridore circulorum orbis ; 11. De quantitate terre ; 12. De qualitate terre ; 13. De centro et figura terre.
  • Livre III : 1. De generatione elementorum ; 2. De natura elementorum ; 3. De effectibus elementorum ; 4. De generatione et corruptione simplicium ; 5. De generatione et corruptione compositorum ; 6. De generatione animalium ; 7. De generatione plantarum ; 8. De alimento et aucmento plantarum ; 9. De perfectione et essentia plantarum ; 10. De accidentibus plantarum ; 11. De diuersitatibus plantarum ; 12. De effectibus plantarum ; 13. De causa corruptionis et putrefactionis omnium.
  • Livre IV : 1. De galaxia ; 2. De comete ; 3. De perpendiculari igne ; 4. De assub ; 5. De rotunditate continente solem ; 6. De pluuia ; 7. De tonitruo et coruscatione ; 8. De yride ; 9. De rore et niue ; 10. De grandine ; 11. De uentis ; 12. De turbine ; 13. De terre motu ; 14. De mari ; 15. De aquis fluminum ; 16. De aquis calidis ; 17. De locis ardentibus.
  • Livre V : 1. De generatione montium ; 2. De generatione lapidum ; 3. De generatione minerarum ; 4. De argento uiuo ; 5. De plumbo ; 6. De stagno ; 7. De ere ; 8. De ferro ; 9. De argento ; 10. De auro ; 11. De effectibus minerarum.

II. De naturis animalium (3 manuscrits conservés)

N.B. : Ci-dessous, la distinction des cinq livres telle qu’elle est exposée dans le prologue. Néanmoins, les manuscrits présentent cette partie comme composée de dix chapitres.

  • Prologue
  • Livre I : 1. De natura generationis hominis ; 2. De natura operationis hominis ;
  • Livre II : 3. De natura generationis quadrupedum ; 4. De natura operationis quadrupedum ;
  • Livre III : 5. De natura generationis auium ; 6. De natura operationis auium ;
  • Livre IV : 7. De natura generationis piscium ; 8. De natura operationis piscium ;
  • Livre V : 9. De natura generationis reptilium ; 10. De natura operationis reptilium.

III. De gemmarum uirtutibus ou De uirtutibus lapidum (9 manuscrits conservés)

  • Prologue
  • Livre I : De uirtutibus lapidum (ordre alphabétique) ;
  • Livre II : De sigillis lapidum (dans un état postérieur de ce texte, on trouve une division en chapitres thématiques d’après le type de gravure) ;
  • Livre III : De coloribus gemmarum : 1. De albo colore ; 2. De pallido colore ; 3. De citrino seu glauco ; 4. De uiridi colore ; 5. De rubeo colore ; 6. De flauo colore ; 7. De nigro colore ; 8. De uario colore ; 9. De uario et indeterminato colore. (dans l’état le plus « achevé » du livre, c’est-à-dire celui des manuscrits de Prague et d’Heidelberg).

IV. De uirtute uniuersali (trois manuscrits conservés)

  • Prologue
  • 1. De homine ; 2. De animalibus rapacibus ; 3. De domesticis et eorum membris ; 4. De auibus ; 5. De piscibus ; 6. De reptilibus ; 7. De plantis ; 8. De lapidibus ; 9. De speculis ; 10. De uisu.

V. De moralibus (3 manuscrits conservés)

  • Prologue
  • Livre I : 1. De uirtutis diffinitione ; 2. De uirtutis diuisione ; 3. De uirtute intellectuali et consuetudinali ; 4. De beatitudine ; 5. De temporis obseruantia ; 6. De loci constantia ; 7. De uite presentia ; 8. De mortis presentia ; 9. De eternitatis custodia.
  • Livre II : 1. De prudentia ; 2. De doctrina ; 3. De disciplina ; 4. De conuersatione ; 5. De iustitia ; 6. De iudicio ; 7. De conscientia ; 8. De religione ; 9. De amicitia.
  • Livre III : 1. De fortitudine ; 2. De diuitiis ; 3. De paupertate ; 4. De patientia aduersitatis ; 5. De aduersitate mortis ; 6. De temperantia ; 7. De misericordia ; 8. De clementia ; 9. De beneficiis.
  • Livre IV : 1. De dignitatibus ; 2. De improbanda felicitate presenti ; 3. De felicitatis inconstantia ; 4. De ambitione ; 5. De adulatione ; 6. De uoluptate ; 7. De crudelitate ; 8. De discordia ; 9. De stultitia.
  • Livre V : 1. De superbia siue De inani gloria ; 2. De ira ; 3. De inuidia ; 4. De desidia siue De accidia ; 5. De auaritia ; 6. De gula siue De castrimargia ; 7. De luxuria ; 8. De diuersitate delicti ; 9. De malitia incorrigibili.

3. De causis morborum et figuris simplicibus quoque compositis medicinis (d’après le prologue) ou De egrotantibus partibus omnium membrorum a capite usque ad pedes (d’après le seul manuscrit connu).

Dernière œuvre d’Arnold de Saxe, tirant parti du contenu des précédentes. Traité de médecine pratique : il expose, maladie par maladie, en allant de la tête jusqu’aux pieds, la définition de la maladie, ses caractéristiques, puis le traitement (cura) et les préparations médicinales à appliquer.

Plan de l’œuvre
  • Livre I : 1. Prologue ; 2. De alopicia ; 3. De canis capillis 4. De furfuribus ; 5. De pediculis ; 6. De dolore capitis ; 7. De uertigine et stochomia 8. De litargia ; 9. De sompno innaturali et stupore mentis ; 10. De uigiliis 11. De amore hereos.
  • Livre II : 1. De frenesi ; 2. De melancolia ; 3. De mania 4. De appoplexia ; 5. De epilensia ; 6. De ebrietate ; 7. De sternutatione ; 8. De spasmo 9. De tremore, iectigacione et paralesi.
  • Livre III : 1. De obtalia oculorum ; 2. [De pallido et albugine] De pannis oculorum ; 3. De lacrimis et defectione uisus ; 4. De surditate et tinnitu ; 5. De uermibus aurium ; 6. De fluxu sanguinis narium ; 7. De coriza et branco ; 8. De narium et oris fetore ; 9. De putredine dencium 10. De dolore dencium ; 11. De distillacione uuule.
  • Livre IV : 1. De squinancia 2. De tussi et asmate et raucedine ; 3. De anhelitu ; 4. De peripleumonia ; 5. De pleuresi ; 6. De emoptoica et empimate ; 7. De ptisi ; 8. De cardiaca 9. De sincopi ; 10. De epyalte siue incubo ; 11. De morte subitanea.
  • Livre V : 1. De difficultate transglutiendi ; 2. De indigestione et debilitate stomachi ; 3. De bolismo et appetitu canino ; 4. De irrationali appetitu et fastidio ; 5. De abhominatione et corruptione desiderii ; 6. De sitii ; 7. De ydrosorbia ; 8. De singultu ; 9. De ructuatu ; 10. De uomitu ; 11. De inflacione et torsione stomachi.
  • Livre VI : 1. De yliaca ; 2. De collica ; 3. De lumbricis ; 4. De diarria et lientiria ; 5. De dissintiria ; 6. De emorroidibus ; 7. De constipacione uentris ; 8. De tenasmone ; 9. De exitu ani et mollicie ; 10. De crepatura siue hernia.
  • Livre VII : 1. De opilacione epatis ; 2. De opillacione splenis ; 3. De ydropisi ; 4. De yctericia ; 5. De dyabete ; 6. De nefresi ; 7. De calculo ; 8. De stranguiria ; 9. De dyampne ; 10. De minctu sanguinis.
  • Livre VIII : 1. De coitu ; 2. De pergecismo ; 3. De approximeron ; 4. De menstruorum fluxi ; 5. De menstruorum retentione ; 6. De mortui fetus retentione ; 7. De suffocatione matricis ; 8. De precipitatione matricis ; 9. De difficultate partus ; 10. De aborsu et debilitate conceptus ; 11. De sterilitate.
  • Livre IX : 1. De discoloratione cutis ; 2. De morphea ; 3. De lepra ; 4. De scabie et pruritu ; 5. De uariolis et pustulis ; 6. De apostematibus ; 7. De antrace et fistula ; 8. De uerrucis et porris ; 9. De arthetica et sciatica ; 10. De podagra ; 11. De asperitate unguium.
  • Livre X : 1. De fluxu sanguinis a uulnere ; 2. De putredine uulnere ; 3. De uermibus uulnerum ; 4. De fracturis et plagis ossium ; 5. De tumore et inflacione membrorum ; 6. De incendio ignis ; 7. De ueneno et toxico ad preseruationem ; 8. De ueneno et toxico animalium [?] infuso intrinsecus et extrinsecus ; 9. De ueneno et toxico tamen interius posito ; 10. De morsu canis rabidi ; 11. De medicinis uenenosis.
  • Livre XI : 1. Capitulum de febrium essencia ; 2. De synocha inflatiua ; 3. De synanche ; 4. De causone ; 5. De tertiana ; 6. De quartana ; 7. De coctidiana ; 8. De epiala et lipparia ; 10. De effimera ; 11. De ethica ; 12. De consumpcione diuturna ; 13. De sudore superfluo ; 14. De sudoris retencione ; 15. De sudore fetido ; 16. De emagogis ; 17. De colagogis ; 18. De melangogis ; 19. De fleumagogis ; 20. De ydragogis.

4. Liber notabilium de consolatione Senecæ : La « consolation » (un manuscrit conservé)

Dialogue ou fragment de dialogue entre un fils et son père, qui échangent de brèves sentences à propos de l’instabilité des richesses et la vanité de la vie, construit à partir d’un ensemble de citations notables recueillies dans ce qu’Arnold de Saxe croyait être un De consolatione de Sénèque. Plusieurs des extraits sont identiques à ceux donnés sous ce titre dans le De iudiciis uirtutum et uiciorum.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.