Le Physiologus et les sources zoologiques dans la Summa de exemplis et similitudinibus rerum de Giovanni da San Geminiano

Beatrice AMELOTTI

Résumé de la communication dans le cadre de la journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

Giovanni da San Geminiano vécut au tournant des XIIIe et XIV siècles. Appartenant à l’ordre dominicain, il se forma à l’étranger, vraisemblablement au studium generale de Barcelone. Il mentionne en effet plusieurs contacts avec les Arabes dans son Liber de exemplis. Ensuite, il  retourna en Italie pour exercer son rôle de prédicateur entre la Toscane et le Latium.
Giovanni fut principalement auteur de sermons. Quatre grands recueils lui sont attribués :  les Sermones de mortuis, les Sermones de tempore, les Sermones de Sanctis, le Quadragesimale. Ils eurent un très grand succès en Italie et en Europe en géneral. Son oeuvre la plus diffusée fut toutefois le Liber (ou Summa) de exemplis et similitudinibus rerum, composé autour du 1300, qui appartient au genre des encyclopédies moralisées et est organisée en dix livres. Chaque livre est consacré à une partie de la Création, à partir du ciel et des  pierres précieuses jusqu’à l’homme et à ses créations.

Dans le cadre de cette journée, on discutera en particulier des sources zoologiques de l’oeuvre de Giovanni pour essayer de comprendre de quelle façon il les a utilisées. Notre prédicateur a dédié deux livres entièrement aux animaux (IV et V). Dans le livre IV, ils traite les créatures aquatiques et les volatiles; dans le V, les créatures terrestres, dont les amphibies. Dans cette oeuvre, les animaux, comme du reste tous les eléments traités, sont utilisés pour en tirer des exempla ou des similitudines. L’oeuvre est en effet adressée aux confrères prédicateurs afin qu’ils s’en inspirent pour leur activité sermocinale. On est donc confronté à un texte fortement moralisé, où les éléments naturels deviennent souvent des prétextes pour construire un discours éthique ou moral.

Le bout de l’intervention est de retrouver les attestations du Physiologus et d’identifier de quelle version elles proviennent, ou, si possible, de déterminer l’intermédiaire à travers lequel ils sont cités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *