Le Physiologus chez le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré

Mattia CIPRIANI

Résumé de la communication dans le cadre de la journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias

La communication se concentrera sur le Liber de natura rerum, une célèbre compilation sur la nature réalisée entre 1245 et 1260 ca par le dominicain brabançon Thomas de Cantimpré (1200/01-1270/71). Après avoir rapidement montré la structure, le contenu et les sources principales (Aristote, Isidore de Séville, Jacques de Vitry, Pline l’Ancien,…) de cette encyclopédie, le focus sera ensuite déplacé sur une autre des auctoritates les plus utilisées du frère brabançon, le Physiologus. Dans ce contexte on observera dans quelle mesure Thomas utilise cette oeuvre, mais surtout où et comment il le fait; une attention particulière sera en outre accordée à deux aspects uniques de ce rapport, à savoir: 1) la démonstration de la version médiévale du Physiologus (A, B, B-Is, C, Y) utilisée par le frère de Cantimpré, et 2) la relation qu’il y a, dans le Ldnr, entre le traité de l’Antiquité tardive et deux autres ouvrages utilisés par le Brabançon, c’est-à-dire les Etymologies d’ Isidore de Séville et l’anonyme – et méconnu – Experimentator. La communication s’achèvera sur des considérations sur les raisons qui ont conduit Thomas de Cantimpré à copier cette importante œuvre de zoologie symbolique.


Une réflexion au sujet de « Le Physiologus chez le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré »

  1. Ping : Journée d’études « La réception du Physiologus dans les encyclopédies médiévales » – The Reception of the Physiologus in Mediaeval Encyclopaedias | Atelier Vincent de Beauvais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *