Sur le chemin de l’édition du Chronicon d’Hélinand de Froidmont – L’oeuvre vient de faire l’objet d’une brillante thèse de doctorat

Elisa Lonati a soutenu le 17 décembre 2022 une brillante thèse de doctorat consacrée à l’Édition, l’étude des sources et de la réception du Chronicon d’Hélinand de Froidmont – avec l’édition critique des livres XIV et XLV

Ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 14591, f. 2r
 Incipit du manuscrit Paris, BnF, lat. 14591, f. 2r, des sermons d’Hélinand de Froidmont, où figure son nom 

Ces cinq dernières années, Elisa Lonati a préparé à l’École Pratique des Hautes Études (PSL – Paris), en cotutelle avec la Scuola Normale Superiore (Pisa), une thèse de doctorat sous la direction d’Anne-Marie Turcan-Verkerk et de Giulia Ammannati. En voici le résumé.

Le but du présent travail est de relancer l’étude du Chronicon d’Hélinand de Froidmont (1160 – 1230) en abordant des pistes de recherche multiples à propos de la reconstruction de son texte et de sa tradition manuscrite, de ses nombreuses sources et de ses reprises par des ouvrages de nature différente. Étant donné la complexité des œuvres en question et leur état problématique, on renonce à dresser un bilan exhaustif sur le Chronicon ; en accumulant un grand nombre de nouveaux indices sur sa genèse et sa fortune, on essaie toutefois de mettre en relief l’unicité de l’entreprise hélinandienne.

Une introduction sur l’auteur et sa production fait le point sur les ouvrages attribués à tort à Hélinand, sur le rapport entre ses sermons et le Chronicon, sur la transmission de ce dernier, les travaux qui lui ont été consacrés, ses contenus et sa nature à mi-chemin entre histoire universelle et encyclopédie.

Trois chapitres sont consacrés à la tradition du Chronicon, en vue d’une édition intégrale. Dans le premier, on combine étude macro-textuelle et micro-textuelle afin d’établir les rapports entre les deux manuscrits (Città del Vaticano, BAV, Reg. lat. 535 du xiiie siècle et London, BL, Cotton Claudius B.IX du xve siècle) et le témoignage indirect du Speculum maius de Vincent de Beauvais (1180 – 1264) pour les livres 1-18, en suggérant qu’ils dépendent d’un ancêtre avec des ajouts et des variantes d’auteur visibles. Dans le chapitre suivant, on propose des critères qui permettent d’identifier dans le Speculum maius une centaine de fragments des livres 19-44 du Chronicon qui ont disparu dans la tradition directe. Dans le troisième chapitre, on corrige des centaines d’erreurs du texte des livres 45-49 publié en 1669 par Bertrand Tissier, en le comparant avec les sources du Chronicon et avec ses utilisateurs Vincent et Aubri de Trois-Fontaines († 1252).

Dans la section suivante, on approfondit l’exploitation d’un certain nombre de sources remarquables, venant en partie du milieu cistercien et en partie du milieu parisien. Pour les chroniques de Jérôme et de Sigebert de Gembloux, qui ont fourni au Chronicon son squelette, on montre comment Hélinand combine l’apport de manuscrits divers et traite leurs données contradictoires. Ensuite, on s’occupe d’ouvrages historiques dont les citations permettent l’identification du type de texte utilisé par le Chronicon, au prix d’approfondissements de leur tradition. Dans le troisième chapitre, on se penche sur des textes, courants ou plus rares, qu’Hélinand cite sporadiquement et qu’il a connus surtout de manière directe. Un point est fait sur les œuvres tardo-antiques et médiévales dont le Chronicon a hérité certaines citations classiques. Enfin, on classifie les centaines de prises de parole de l’auteur pour en mettre en relief les intérêts et les démarches et on analyse plus précisément sa passion pour les données alternatives.

Trois chapitres étudient l’exploitation du travail hélinandien. Le premier concerne la réutilisation dans quelques collections d’exempla cisterciennes du début du xiiie siècle des matériaux préparatoires au Chronicon, c’est-à-dire les notes prises par l’auteur sur les sources. Deux chapitres sont consacrés au Chronicon d’Aubri et au Speculum maius de Vincent, pour faire le point sur le type d’emprunts que l’un et l’autre ont faits au Chronicon et à travers quelles retouches. Pour Aubri, on montre les difficultés que pose son habitude de mélanger l’apport des originaux avec celui des sources intermédiaires. Quant à Vincent, on rassemble aussi de nouveaux indices sur l’utilisation d’une source alternative au Chronicon pour le patrimoine classique telle que le Florilegium Gallicum et sur les divergences qui caractérisent les multiples versions d’auteur du Speculum historiale.

Quatre annexes se consacrent à la liste des citations qu’Aubri et Vincent ont tirées d’Hélinand et à des approfondissements sur les titres des chapitres et les marqueurs de source des premiers livres du Chronicon. Deux livres sont édités, le XIV et le XLV, en essayant de reconstruire la mise en page originale, de combiner judicieusement l’apport de la tradition directe et indirecte et de montrer de manière systématique quelles sont les modifications qu’Hélinand a faites par rapport aux sources.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Isabelle Draelants (15 janvier 2023). Sur le chemin de l’édition du Chronicon d’Hélinand de Froidmont – L’oeuvre vient de faire l’objet d’une brillante thèse de doctorat. Atelier Vincent de Beauvais. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2yb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.