Découverte d’un fragment du livre XIX du “De proprietatibus rerum” de Barthélemy l’Anglais

De proprietatibus rerum, fragment 1 dans reliure Antwerpen, EHC K 54434

De proprietatibus rerum, fragment 2 (reliure Antwerpen, EHC K 54434)

Deux nouveaux fragments du livre XIX du De proprietatibus rerum, l’encyclopédie naturelle rédigée par le franciscain Barthélemy l’Anglais entre c. 1230-1248. Il est tiré d’une copie du De proprietatibus rerum datable par son écriture (française) de c. 1300 et caractérisé par la présence de notes marginales allégoriques.

Le fragment a été découvert par Steven Van Impe et identifié par Erik Kwakkel et Pieter Beullens dans la reliure de l’édition par Claude Chevallon en 1534 à Paris de la Vita Christi, dans l’exemplaire conservé à Anvers sous la cote EHC K 544434.
Ce volume a été acquis en 1923 par la Bibliothèque de la ville d’Anvers, maintenant Bibliothèque patrimoniale Hendrik Conscience, suite à la vente Fiévez, Bruxelles (lot n°344, probablement de la collection de M. Hector van Hoof, de Lokeren). Marque de possesseur “Hic liber pertinet asd praeposituram teste Matthaeo vander Biest praeposito 1646 (m. 1667, pasteur de Tongerlo en 1639, de Kalthout en 1641 et prêtre de Notre-Dame (O.-L.-Vrouw Besloten Hof) à Herentals (1645-67).
Cf. https://twitter.com/RareBookLibAntw/status/921680924848291840
Photos de la reliure https://www.flickr.com/photos/155273854@N05/37900619061 et https://www.flickr.com/photos/155273854@N05/37900619201

Aristoteles Latinus on Twitter
Guide to Digital Images of Latin and Greek Manuscripts

Les recherches de H. Meyer (2000) ont montré que le texte du De proprietatibus rerum est conservé dans plus de 200 manuscrits médiévaux complets.
Deux tiers des manuscrits des 13e et 14e siècles du De proprietatibus portent des notae nombreuses. Elles disparaissent au début du 15e siècle.

Les deux fragments sont tirés du dernier livre, XIX, concernant les “accidents”, le plus concret des livres du De proprietatibus. On peut reconnaître la fin du c. 8, De coloris mutatione, le c. 9. De colori in oculis, le c. 10, De colori in particulari, ainsi que, dans le fragment 2, la fin du c. 60, De cereo, et le c. 61, De lacte. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.